Tarifs de l’électricité : le gouvernement n’empêchera pas la hausse des prix

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a annoncé que ni les volumes ni les prix de l’électricité nucléaire mis à disposition par EDF au tarif réglementé ne varieront début 2020.

Changement de cap pour le gouvernement d’Édouard Philippe. Alors que la loi Énergie climat a été votée ce jeudi 26 septembre, il a décidé de revenir sur l’une des dispositions défendues par François de Rugy lorsqu’il était ministre : la modification du mécanisme de l’Arenh. Le ministère de la Transition écologique a en effet confirmé aux Echos que ni les volumes ni le prix de l’électricité nucléaire mise à disposition par EDF au tarif régulé ne varieront début 2020.
L’Arenh (accès régulé à l’électricité nucléaire historique) permet en effet aux fournisseurs d’électricité comme Total Direct Energie, Eni ou Vattenfall, d’avoir accès à l’électricité produite par les centrales d’EDF. Une énergie bon marché qui est ensuite revendue aux clients. Alors que le demande en électricité ne cesse d’augmenter, le gouvernement réfléchissait ainsi à augmenter les volumes mis à disposition par EDF, permettant de stabiliser la facture pour les consommateurs en 2020.
Victoire pour EDF
Mais l’exécutif a fait volte-face et n’empêchera pas la hausse des prix. La révision de l’Arenh “permise par la loi Énergie climat” n’est en effet pas “automatique” a précisé le ministère de la Transition écologique qui a affirmé avoir besoin “d’échanger avec la Commission européenne” sur ce sujet. Or, ces échanges “ne pourront aboutir avant la fin du guichet ‘Arenh’ de novembre [date limite à laquelle les fournisseurs d’électricité doivent soumettre leurs demandes d’électrons à EDF, NDLR]”.
⋙ Lire aussi : Ce radiateur intelligent fait baisser votre facture d’électricité de 50%
Le gouvernement ne modifiera ainsi pas le mécanisme pour 2020. Cette décision est une victoire pour EDF qui craignait de se voir contraint de fournir davantage d’électricité nucléaire à un prix qu’il juge déjà sous-évalué et qui n’a pas varié depuis 2012, expliquent Les Échos. Mais la nouvelle politique du gouvernement pourrait toucher directement le porte-monnaie des consommateurs. Les fournisseurs d’électricité vont être contraints de se rabattre massivement sur le marché du gros pour répondre aux demandes de leurs clients, comme l’an dernier.
Une augmentation de 3 à 4%
Sur ce marché, les prix du mégawatt sont bien plus chers que ceux offerts par EDF. Une facture plus lourde que les fournisseurs ne devraient pas manquer de répercuter sur les ménages français. Les prix des tarifs régulés d’EDF et ceux de ses concurrents étant liés, explique Le Figaro, il faut ainsi s’attendre à une hausse globale des prix de l’électricité. L’association qui regroupe les principaux fournisseurs alternatifs à EDF table ainsi sur une hausse de 3 à 4% début 2020.
⋙ Lire aussi : EDF : l’hémorragie de clients se poursuit
Le rétropédalage du gouvernement sur le sujet peut s’expliquer par sa volonté de venir en aide à l’opérateur historique. EDF est en effet dans une situation financière délicate avec près de 40 milliards d’euros de dette. Pour tenter de limiter la hausse du coût de l’électricité et éviter d’amplifier les difficultés d’EDF, le gouvernement français réfléchirait à une remontée du tarif de l’Arenh. Une disposition qui nécessiterait des négociations avec Bruxelles. Mais de telles négociations pourraient s’avérer très longues.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!