Les trains enregistrent plus de 1.000 heures de retard, la SNCF accorde une ristourne aux voyageurs normands

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

La société française a accordé un dédommagement de 25% aux abonnés des lignes Paris-Caen-Cherbourg et Paris-Rouen-Le Havre pour le mois de novembre.

Les trains de Normandie rencontrent quelques difficultés de circulation. Selon l’Association de défense des usagers du rail normand (Adurn) et l’Union des usagers du Paris-Cherbourg (Udupc), les trains de la région ont enregistré plus de 1.000 heures de retard depuis le début de l’année sur les lignes Paris-Caen-Cherbourg et Paris-Rouen-Le Havre, explique le site actu.fr. Une situation intenable pour les deux associations qui ont adressé un courrier à la SNCF, le 7 août dernier, pour obtenir un geste commercial à destination des abonnés.
Car si les usagers ont droit à une indemnisation de cinq euros forfaitaires par retard de plus de 30 minutes, cette compensation n’est pas suffisante selon les deux associations face à l’ampleur des retards sur les deux lignes. La SNCF a d’ailleurs répondu favorablement à leur demande le 3 octobre dernier et accordera un dédommagement de 25% pour le mois de novembre aux abonnés de ces deux lignes, soit une réduction de 124 euros pour un forfait de 495 euros.
Pas d’amélioration en vue
Cela fait plusieurs années que les usagers des lignes normandes dénoncent les retards des trains et la mauvaise qualité du service ferroviaire. En 2018, la seule ligne Paris-Cherbourg atteignait un retard record de 600h sur les sept premiers mois de l’année, explique France 3. Si de nouvelles rames Omneo doivent remplacer les vieillissants trains Corail l’année prochaine, elles ne devraient pas améliorer la ponctualité des services.
⋙ Lire aussi : Occitanie : la SNCF pointée du doigt après un retard de train de 5 heures
“Le temps de trajet ne sera pas amélioré, les nouvelles rames qui peuvent aller jusqu’à 250 km/h resteront à 160 km/h, car ce qui fait défaut c’est le réseau SNCF”, explique l’Udupc selon qui les rames “ne changeront rien aux problèmes d’aiguillage, d’alimentation électrique, d’arbres qui tombent, d’animaux sur les voies…” Une situation problématique pour les usagers de ces lignes très empruntées. Les associations d’utilisateurs ont toutefois salué le geste commercial de la SNCF.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!