Carrefour veut-il abandonner sa banque en ligne C-Zam ?

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Deux ans et demi après son lancement, les chiffres ne sont pas au niveau de ceux espérés par le groupe.

En avril 2017, Carrefour lançait C-Zam, sa banque, en ligne, à grand renfort de communication. Mais un peu plus de deux ans plus tard, l’entreprise réfléchirait à se séparer de celle-ci, explique BFM TV. Il faut dire que le succès n’a pas été vraiment au rendez-vous. Carrefour visait 2 millions de coffrets vendus pour 2022. Mais il faudrait pour cela un sacré coup d’accélérateur : 120.000 comptes seulement auraient été activés depuis 2017.
Et ce alors que le coffret bancaire (constitué d’un numéro de compte et d’une carte bancaire) est proposé au prix de 5 euros dans plus de 3.000 points de vente. Les consommateurs auraient été déçus de la gestion de ce produit par Carrefour. BFM TV cite des caissières non formées ou un service clients injoignable, ce qui aurait fini par lasser les clients : 30% des coffrets achetés n’auraient ainsi jamais été activés. Carrefour a bien tenté de rectifier le tir avec l’aide de Webhelp, une plateforme pour répondre aux clients, mais trop tard.

⋙ Lire aussi Banques en ligne : gare aux arnaques !
Reste désormais à savoir ce que Carrefour va décider pour l’avenir de sa banque en ligne. Une vente “au plus offrant” est privilégiée, mais “aucune banque traditionnelle ne semble intéressée” selon BFM TV. Logique, puisque “toutes ont lancé leur propre offre”, à l’image de La Banque Postale (Ma French Bank) ou du Crédit Agricole (Eko). Carrefour pourrait de ce fait laisser sa banque mourir à petit feu, avance une source syndicale. Sollicité par Capital, Carrefour n’a pas souhaité commenter ces informations.
⋙ Lire aussi Crédit immobilier : les offres des banques en ligne sont-elles toujours aussi attractives ?

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!