Bourse : les “small caps” américaines sous-performent, un signe inquiétant pour les plus gros indices ?

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

L'indice des petites capitalisations américaines n'a toujours pas inscrit de nouveau sommet historique en 2019, contrairement aux indices majeurs de Wall Street. De quoi inquiéter sur l'évolution à venir du S&P500, du Dow Jones et du Nasdaq, selon notre chroniqueur Alexandre Baradez, responsable analyses marchés chez IG France.

A Wall Street, la sous-performance des petites capitalisations va-t-elle se répercuter sur les plus gros indices boursiers ? L’indice des small caps américaines, le Russell 2000, évolue toujours sous son sommet historique de 2018. Contrairement aux autres indices majeurs comme le S, le Dow Jones ou le Nasdaq, le Russell 2000 n’est pas parvenu à inscrire un nouveau sommet historique en 2019.
Cette sous-performance en 2019 interpelle, d’autant plus que les valeurs qui composent cet indice sont plus exposées à l’économie domestique américaine et moins à l’international. Elles sont donc exposées moins directement aux tensions commerciales mondiales. Sur les derniers 24 mois, le S gagne près de 17%, contre 2% pour le Russell 2000. La divergence entre les deux indices apparaît clairement à la fin du premier trimestre : le S poursuit sur sa trajectoire haussière, alors que le Russell 2000 entre dans une phase de consolidation légèrement baissière qui se poursuit encore aujourd’hui.
>> A lire aussi – CAC40, Wall Street… 16 raisons de craindre une chute des actions
Méfiance sur le ralentissement de l’économie
Cette sous-performance d’un indice sensible à l’économie domestique est peut-être le signal que les investisseurs commencent à se méfier du ralentissement de l’économie américaine observé depuis plusieurs mois, sentiment qui se lit également au travers d’indices avancés comme les PMI ou ISM. Les small caps américaines ont des niveaux de marges plus faibles que les large caps, ainsi qu’un pouvoir de fixation des prix (pricing power) limité.
Alors que l’économie mondiale continue de ralentir, cette sous-performance du Russell 2000 depuis deux trimestres pourrait être perçue comme un signal précurseur d’un ralentissement à venir sur les autres indices majeurs américains. C’est ce qui s’était déjà passé à la fin du troisième trimestre 2018 : le Russell 2000 a décroché tout le mois de septembre, alors que le S continuait de progresser… Puis le S a fini par décrocher, les deux indices baissant ensuite de concert entre octobre et décembre.
>> Notre service – Testez notre comparateur de Comptes-Titres pour passer vos ordres de Bourse au coût le plus bas
>> Rejoignez le Club Capital des Boursicoteurs sur Facebook (cliquez sur l’image)
Getty Images

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!