Un pêcheur pourrait avoir gagné le gros lot en trouvant du “vomi de baleine”

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Ce Thaïlandais pourrait toucher près de 300.000 euros après avoir trouvé de l’ambre gris, une substance rare et très recherchée des parfumeurs.

C’est une découverte originale qui pourrait lui rapporter gros. Un pêcheur thaïlandais a peut-être trouvé du “vomi de baleine” le 3 janvier dernier. Selon le Bangkok Post, l’homme a ramassé une curieuse masse bosselée, lourde de six kilos sur une plage de Koh Phaluai. Après des mois de recherche, il a demandé l’aide des autorités locales pour déterminer s’il s’agit ou non d’ambre gris, aussi appelé “vomi de baleine” ou “or flottant”.
Une trouvaille qui pourrait le rendre riche : elle est estimée à 298.000 euros. Il faut dire que la substance est rare et très recherchée dans le monde de la parfumerie. Le “vomi de baleine” permet de fixer les odeurs. La masse grise et jaune se crée dans l’appareil digestif des grands cachalots. Les cétacés consomment en effet de grandes quantités de calamars et seiches et n’en digèrent que la chair et pas d’autres parties du corps comme les becs, explique Ouest-France.

Fisherman seeks verification of B10m ambergris catch https://t.co/TGT1Uc02LQ— Bangkok Post (@BangkokPostNews) October 22, 2019

57.000 euros pour 1,57 kg
Ces éléments sont la plupart du temps expulsés avant la digestion par les cachalots. Mais dans de rares occasions, ils finissent dans leurs intestins et au fil des ans, les éléments s’agglomèrent jusqu’à former une masse compacte : l’ambre gris. Une boule de matière que les baleines finissent par expulser dans les océans et qui fait le bonheur des parfumeurs depuis la nuit des temps : Herman Melville évoquait déjà cet or flottant dans son roman Moby Dick en 1851.
⋙ Lire aussi : Les savoir-faire liés au parfum de Grasse inscrits au patrimoine de l’Humanité
La substance contient en effet de l’ambréine, une forme d’alcool qui, une fois extraite, permet de faire durer l’odeur d’un parfum dans le temps. Si l’ambre gris est souvent remplacé par des substituts chimiques dans le monde de la parfumerie, les marques de luxe l’utilisent encore pour leurs parfums les plus chers. Ainsi, ce “vomi de baleine” s’arrache à prix d’or.
En 2013, rappelle Le Parisien, un homme avait trouvé un morceau d’ambre gris de trois kilos sur une plage du nord-ouest de l’Angleterre. Un acheteur lui en avait proposé 50.000 euros. En 2016, deux promeneurs avaient également trouvé un bloc de 1,57 kilo, estimé cette fois à près de 57.000 euros.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!