Des aigles provoquent la ruine d’une équipe de chercheurs russes

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Certains rapaces, équipés d’un dispositif envoyant des SMS avec leur géolocalisation, ont fait un coûteux détour en Iran.

C’est une étude qui va leur coûter cher. Des ornithologues ont explosé leur budget de recherche à cause des leurs aigles un peu trop voyageurs. Les scientifiques russes, qui étudient les aigles des steppes, avaient en effet équipé les animaux de dispositifs envoyant des SMS avec leur géolocalisation à une fréquence prédéfinie. Ils souhaitaient ainsi suivre la migration de ces volatiles, explique franceinfo. Seul problème : certains animaux se sont révélés bien plus aventuriers qu’attendu.
Les scientifiques ont ainsi eu la mauvaise surprise de découvrir que certains des aigles qu’ils suivaient grâce aux marqueurs avaient épuisé leur budget à cause de centaines de messages surtaxés. Ces derniers ont en effet été envoyés lors de vols imprévus en Iran. L’un des volatiles, une femelle baptisée Min, est ainsi parti cet été de Sibérie pour sa migration vers le Sud. Mais au lieu de revenir en Russie après un passage au Kazakhstan, l’aigle s’est rendue en Iran et a envoyé des centaines de SMS taxés jusqu’à 25 fois plus cher qu’en Russie et au Kazakhstan.
Des dons à la rescousse
Des dépenses imprévues qui ont quasiment épuisé le budget des ornithologues russes, raconte BMFTV. “Nous avons dû demander un prêt pour financer ce système de traçage”, explique une des chercheuses sur les réseaux sociaux. Par ailleurs des dons pour leur venir en aide devrait permettre aux équipes de poursuivre leurs recherches… à condition que les aigles ne répètent pas leurs voyages imprévus.
⋙ Lire aussi : Jackpot pour un chercheur d’or amateur en Australie
Les aigles des steppes, qui migrent vers l’Afrique et l’Inde en hiver ont connu une hausse de leur mortalité, explique l’association Bird Life International en raison notamment de l’expansion des terres agricoles et des éoliennes. Le suivi de leurs trajets permet aux scientifiques de mieux anticiper de potentiels dangers et de tenter de mettre en place des systèmes de protection pour ces volatiles.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!