Permis de conduire : l’examinateur bientôt remplacé par un smartphone ?

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

En Inde, des chercheurs ont développé une application qui vise à remplacer l'examinateur du permis de conduire par un smartphone. Microsoft Research a développé une appli capable d’administrer un test de conduite en surveillant les performances du conducteur avec un téléphone équipé de nombreux capteurs.

Les examinateurs du permis de conduire vont-ils bientôt disparaître ? C’est tout à fait possible si on en croit l’application développée en Inde par des chercheurs qui vise à substituer l’examinateur… par un smartphone ! Comme le rapporte Gizmodo, Microsoft Research a développé une application capable d’administrer un test de conduite en surveillant les performances du conducteur avec un smartphone. Ce projet d’application a été conçu pour rendre cet examen accessible au plus grand nombre grâce à “un équipement low-cost équipé de nombreux capteurs” en lieu et place de l’emploi d’un examinateur.
L’application baptisée HAMS (abréviation de “Harnessing AutoMobiles for Safety” ou “Exploiter les automobiles pour la sécurité”) utilise un smartphone monté sur le pare-brise d’un véhicule, positionné de manière à ce que sa caméra avant puisse voir et surveiller le conducteur, tandis que sa caméra arrière surveille la route, ainsi que d’autres véhicules et la circulation. L’application profite également de la myriade de capteurs inclus dans les smartphones les moins chers disponibles à ce jour, y compris l’accéléromètre, qui permet de garder un œil sur le degré de nuance du conducteur avec les pédales d’accélérateur et de frein, ainsi que le GPS pour surveiller la vitesse du véhicule.
>> À lire aussi : Nouveau permis moto : tout ce qu’il faut savoir
Dans sa forme actuelle, l’application HAMS est en mesure d’évaluer les performances du conducteur en contrôlant s’il adopte un comportement de conduite en toute sécurité ou s’il vérifie ou non correctement les rétroviseurs et les angles morts à l’aide de simples repères de suivi installés autour d’un parcours d’examen fermé. Les repères sont reconnus par la caméra du smartphone et peuvent être utilisés pour jauger avec précision la position du véhicule et la distance par rapport aux obstacles que le conducteur devrait éviter. Les panneaux portent ainsi des sortes de QR Code pointant les différentes épreuves à passer, comme un créneau à réaliser par exemple.
Assurer une équité de traitement des candidats
Une application qui pourrait déstresser les jeunes conducteurs paniqués lors de leur examen de conduite par l’examinateur stressant. Décharger les pilotes de la responsabilité de l’examen via un système automatisé permettrait également d’assurer une équité de traitement des candidats. Cela ouvrira enfin l’examen à des zones où des moniteurs de conduite certifiés ne sont pas facilement disponibles. À l’inverse, c’est un nouvel emploi supprimé au profit de l’automatisation. Au-delà du fait de remplacer le moniteur d’auto-école ou l’examinateur, on peut ainsi imaginer d’autres usages pour cette technologie. Cette surveillance numérique pourrait devenir une sanction pour des conducteurs ayant été contrôlés avec un taux d’alcoolémie supérieur à la moyenne. Au lieu d’une suspension de permis, le conducteur pourrait être placé sous le contrôle de cette application via un smartphone.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!