Vacances de la Toussaint : comment la grève SNCF a boosté l’activité des parcs de loisirs

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Selon le cabinet Protourisme, les parcs de loisirs enregistrent une progression de leur activité par rapport à l'année dernière, attirant notamment un public de proximité ayant envie de s'évader à moindre coût près de chez eux.

La grève n’est pas une mauvaise nouvelle pour tout le monde. À cause des mobilisations sociales à la SNCF et de la météo peu favorable, les parcs de loisirs et les parcs d’attractions ont vu leur activité augmenter pendant la période de la Toussaint. Selon les chiffres du cabinet Protourisme, 500.000 Français ont renoncé à partir pendant les vacances de la Toussaint, notamment en raison de la grève déclenchée sur l’axe Atlantique le 21 octobre dernier au technicentre de Châtillon. En effet comme le rapporte Europe 1, avec huit TGV sur dix en circulation, le trafic reste en effet perturbé pour ce long week-end de la Toussaint. Sauf que cette grève n’est pas une mauvaise nouvelle pour tout le monde. En effet, si ces perturbations de la circulation, auxquelles s’ajoute une météo grise et pluvieuse, pénalisent les bénéfices des professionnels du tourisme, la grève a fait le bonheur des parcs de loisirs qui ont vu leurs entrées bondir.
“Ces vacances de la Toussaint s’annonçaient assez exceptionnelles. […] Malheureusement les grèves de la SNCF ont eu un impact important et lorsque la météorologie n’est pas favorable, ce sont à la fois le tourisme urbain et les lieux couverts comme les parcs de loisirs et les parcs d’attractions qui en profitent”, explique à Europe 1 Didier Arino, directeur général de Protourisme. Il précise que cette tendance s’est confirmée pour le week-end de la Toussaint. Ce sont principalement les vacances de dernière minute qui ont été lourdement impactées par les mouvements sociaux à la SNCF.
>> À lire aussi : Mouvement social à la SNCF : tous les billets seront remboursés
Les parcs de loisirs enregistrent une progression de l’activité par rapport à l’année dernière à la même période, attirant notamment un public de proximité, situé à moins d’une heure et demie, avec donc peu de trajet nécessaire. Dans l’incapacité de partir en vacances à cause de la grève SNCF, les gens ont tout de même voulu s’évader selon François Fassier, directeur des parcs de la Compagnie des Alpes. “Aujourd’hui nous faisons un certain nombre d’efforts pour augmenter nos capacités d’hébergement sur site, et ça permet à nos visiteurs de se ressourcer, de se couper du train-train ou des soucis quotidiens en restant immergés dans nos sites”, précise-t-il à Europe 1. Si les parcs de loisirs se portent aussi bien malgré la grève et la météo, c’est aussi grâce à Halloween. Sur certains sites, la période peut représenter 25 à 30% de la fréquence annuelle.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!