Agacé par les anglicismes, un maire charentais refuse un “Orange truck”

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

L’engin devait stationner dans la ville de Marennes-Hiers-Brouage afin d’effectuer des démarches commerciales auprès des habitants.

Il entend bien défendre l’utilisation de la langue française. Exaspéré par la présence toujours plus importante d’anglicisme dans l’Hexagone, un maire a décidé de bannir un “Orange truck” de sa ville de Marennes-Hiers-Brouage en Charente-Maritime. Sud-Ouest explique que l’élu a adressé un courrier au PDG de l’opérateur historique pour lui indiquer qu’il ne délivrerait pas d’arrêté municipal autorisant l’occupation du domaine public à son camion baptisé “Orange truck”. En cause : son nom trop anglais.
Le camion devait stationner quelques jours dans la cité ostréicole pour effectuer des démarches commerciales auprès des habitants, quelques mois avant l’arrivée du très haut débit acheminé par la fibre. Mais Mickaël Vallet a estimé que le nom du camion dépêché par Orange était “un manque de respect envers les habitants de la commune et envers la loi [Toubon] en nourrissant volontairement des agressions contre notre langue commune”.

Les anglicismes sont une agression contre les citoyens. @GroupeLaPoste@orange et autres grandes entreprises ne sont pas à la hauteur et font honte à leur histoire. Ici ma lettre expliquant mon refus d’autoriser un « Orange Truck » sur le domaine public de la commune. pic.twitter.com/JD5J2JJ34M— Mickaël Vallet (@mickaelvallet) November 6, 2019

Combat contre les anglicismes
Ce refus d’accueillir le “Orange truck” intervient alors que débute dans la commune la 10e édition du Festival des cultures francophones. “Le sujet n’est pas rétrograde. Je ne suis pas opposé à la langue anglaise, mais quand on utilise des mots en anglais alors qu’ils existent parfaitement dans la langue française, ce n’est pas normal”, a détaillé l’élu de Marennes-Hiers-Brouage sur France 3 avant de poursuivre : “À force d’utiliser des mots anglais, on exclut une partie de la population qui ne les comprennent pas”.
>> A lire aussi – Les mots plus gros en anglais qu’en français… Air Canada devra dédommager deux passagers

“Y’a PLUS écrit La Poste”.Honte absolue pour l’héritière d’un grand monopole public. Vous méprisez votre clientèle.Vous paierez cette façon de vous vendre à des communicants ploucs. Inutile de nous démarcher à la ville de @MarennesHB cc Mickaël Vallet (@mickaelvallet) September 3, 2019

Ce n’est pas la première fois que l’élu s’insurge contre l’utilisation des anglicismes par les grandes entreprises françaises. En septembre dernier, il fustigeait déjà La Poste pour le nom choisi pour son service bancaire : “My french bank”. Dans un tweet, il avait alors dénoncé une “honte absolue pour l’héritière d’un grand monopole public”, accusant La Poste de mépriser sa clientèle avant d’avertir le groupe : “Inutile de nous démarcher à la ville de Marennes-Hiers-Brouage”.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!