Chute du mur de Berlin : des citoyens allemands décident de “troller” Donald Trump

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Une association souhaite faire parvenir un bout de la construction pour "célébrer l’engagement des États-Unis à construire un monde sans mur".

C’est un cadeau un peu spécial qu’ont décidé de faire des citoyens berlinois au président américain Donald Trump. Pour fêter les 30 ans de la chute du mur de Berlin, ils ont en effet décidé de lui faire parvenir un bout du mur de 2,7 tonnes. Un vestige sur lequel ils ont “écrit” une lettre dans laquelle ils expliquent vouloir présenter au président “l’une des dernières pièces de l’échec du mur de Berlin pour célébrer l’engagement des États-Unis à construire un monde sans mur”. Une véritable pique au président Républicain qui a fait de la construction d’un mur à la frontière entre les États-Unis et le Mexique l’un de ses chevaux de bataille, explique le site américain Quartz.
Sur le mur, les citoyens soulignent également que “l’Allemagne est de nouveau unie et à Berlin, seules quelques pièces nous rappellent qu’aucun mur ne dure éternellement”. Le projet est porté par l’association Die Offene Gesellschaft. L’organisme, basé à Berlin, défend la démocratie et a expliqué avoir informé la Maison Blanche de son initiative en début de semaine. Pour le moment, le gouvernement américain n’a pas encore annoncé s’il acceptait ou non ce cadeau un peu particulier.

10 milliards pour le mur américain
Le directeur général de l’association a, pour sa part, espéré que Donald Trump acceptera de recevoir la “lettre sur le mur” de l’association et qu’elle pourra “être installée dans un lieu public où tous les citoyens pourront la lire. Après tout, le message principal est un grand ‘merci’ de la part des Berlinois aux États-Unis et à leur peuple”. Pas sûr cependant que le président Trump goûte à ce remerciement un peu particulier.
>> A lire aussi – Le Pentagone débloque une somme colossale pour construire le mur de Donald Trump
Le chef de l’État cherche en effet toujours à tenir sa promesse de campagne : la construction d’un “grand et beau mur” à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Pour le moment, les premiers travaux pour cet édifice ont coûté quelque 10 milliards de dollars aux Américains alors que la presse fait état de nouvelles incursions de contrebandiers aux États-Unis sur des portions mêmes du mur construit par Donald Trump. Le Huffington Post explique ainsi que des trafiquants ont franchi le mur frontalier en le sciant facilement à l’aide d’outils accessibles à tous.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!