Comptes en Suisse : Anémone défendue par ses enfants

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Jacob et Lili ont tenu à lever le voile sur les finances de leur mère et affirment que les comptes résultent de donations en nue-propriété, récentes et déclarées.

La révélation en avait surpris plus d’un. Il y a quelques jours, les médias suisses annonçaient que l’administration suisse avait découvert un ou plusieurs comptes appartenant à la comédienne française Anémone. Cette dernière était notamment connue pour ses idées écologistes et profondément anticapitalistes. Face à ces révélations, ses enfants ont voulu mettre les points sur les I, explique Gala. Jacob et Lili ont ainsi précisé que “les comptes suisses résultent de donations en nue-propriété, récentes et déclarées à l’administration fiscale française. Elles ont été consenties par la mère d’Anémone, résidente en Suisse”.
Sur l’antenne de Sud Radio, le fils d’Anémone, Jacob Bourguignon, avait déjà démenti la thèse de l’exil fiscal le 8 novembre. “Elle ne s’est jamais cachée d’avoir une famille plutôt bourgeoise […] Elle n’est pas dans l’illégalité, elle n’a pas planqué d’argent là-bas, elle n’a rien fait de mal”, a martelé le fils de la comédienne.
Métier pourri
Jacob Bourguignon a également tenu à rappeler que sa mère avait toujours vécu une vie simple en “rebelle” et “vraie hippie” avant de s’agacer : “Je ne vois pas pourquoi aujourd’hui on traînerait son image dans la boue en s’imaginent des choses”. L’affaire a éclaté après l’appel aux héritiers de la comédienne lancé par l’Administration fiscale fédérale des contributions (AFC), l’équivalent du ministère français de l’Économie. Après la découverte d’un ou plusieurs comptes en Suisse, elle demandait ainsi qu’ils lui fassent connaître un représentant.
>> A lire aussi – Décès de l’actrice Anémone, une comique irrévérencieuse
Connue pour ses rôles dans “Le grand chemin” ou “Le Père Noël est une ordure”, Anémone a toujours eu une relation compliquée à l’argent. Dans une interview donnée au Parisien en 2017, elle s’était dit écœurée par le métier pourri, selon elle, par la promotion et les enjeux financiers. Elle avait d’ailleurs estimé dans le quotidien que “le fric s’est emparé de tout, partout !”

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!