Le patron de Seat bientôt à la tête de Renault ?

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Un mois après avoir débarqué son directeur général Thierry Bolloré, le constructeur français est toujours à la recherche de son futur patron.

Les choses se précisent chez Renault. Le constructeur français est toujours à la recherche de son futur patron après le limogeage de son directeur général Thierry Bolloré, le mois dernier. Et selon Le Figaro, une candidature se détache depuis quelques jours : celle de Luca de Meo, patron de Seat. L’Italien de 52 ans est à la tête de la marque espagnole du groupe allemand Volkswagen depuis 2015. Il a auparavant travaillé dans le groupe Fiat, chez Toyota et même chez Renault, où il a commencé sa carrière.
L’homme semble cocher toutes les cases définies par les responsables de la marque au losange le mois dernier : charismatique pour relancer la dynamique d’un groupe fortement ébranlé par l’affaire Carlos Ghosn, diplomate pour gérer la complexe alliance avec Nissan, mais également solide et jeune pour affronter l’avenir incertain de l’industrie automobile. Autant de critères que remplit Luca de Meo. Seul problème, il n’est pas Français. Il est toutefois parfaitement francophone.
Une short list dans quelques semaines
Autre atout, l’homme est crédité du spectaculaire redressement opéré chez Seat. Selon Le Figaro, il s’imposerait donc comme le grand favori de la compétition devant Patrick Koller, le patron de l’équipementier Faurecia, ajoutent Les Échos. Autres profils envisagés : Fabrice Brégier, ex-directeur général d’Airbus et aujourd’hui patron de la société américaine Palantir France, Thierry Le Hénaff, patron du chimiste Arkéma, Alfredo Altavilla, ancien de Fiat-Chrysler ou encore Vincent Cobée, ancien de Renault et Nissan, récemment propulsé par PSA à la tête de Citroën.
>> A lire aussi – L’énorme pactole que pourrait toucher Thierry Bolloré de Renault
Le but est de finaliser dans quelques semaines une liste de trois ou quatre noms qui sera ensuite transmise au comité de nomination du Conseil d’administration. Selon Les Échos, aucune candidature en interne ne serait sérieusement considérée pour le moment même si la directrice financière de Renault Clotilde Delbos, qui assure l’intérim de Thierry Bolloré, aurait été entendue et reste une candidate possible.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!