Ségolène Royal utilise-t-elle les moyens du Quai d’Orsay pour sa promotion personnelle ?

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Franceinfo révèle que l’ambassadrice des pôles utiliserait son enveloppe et ses collaborateurs mis à disposition pour sa fonction à des fins personnelles.

Véhicules avec chauffeur, déplacements pour la promotion de son livre ou sa fondation, collaborateurs… Ségolène Royal multiplie les dépenses pour ses nombreuses activités. Pourtant en pratique, elle n’occupe qu’un poste : celui d’ambassadrice chargée de la négociation internationale sur les pôles Arctique et Antarctique. Ségolène Royal est en outre une ambassadrice pro bono, c’est-à-dire non rémunérée pour sa mission. Franceinfo s’est donc interrogé, via la cellule investigation de Radio France, sur le financement de ses activités afin de déterminer si l’ambassadrice utilise les moyens du ministère des Affaires étrangères à des fins personnelles.
D’après des échanges de mails que la cellule investigation de Radio France a pu consulter, Ségolène Royal a négocié de pouvoir disposer de trois collaborateurs à disposition, un de plus que Michel Rocard, son prédécesseur, et surtout, d’une enveloppe de 100.000 euros de frais de mission au titre de son poste d’ambassadrice chargée des pôles, soit près de trois fois celle de Michel Rocard. Une enveloppe qui aurait fait l’objet de très âpres négociations et dont le financement serait pour moitié pris en charge par le ministère des Affaires étrangères, celui de la Transition écologique versant l’autre moitié.
>> Lire aussi – Ségolène Royal, ambassadrice des pôles, n’a jamais mis les pieds au conseil de l’Arctique
La question qui se pose est de savoir si cette enveloppe a pu aussi servir à financer des frais de Ségolène Royal et de ses collaborateurs sur leurs déplacements en province pour la promotion de son livre, des inaugurations de projets initiés alors qu’elle était ministre, ou les opérations menées pour le compte de la fondation “Désirs d’avenir pour la planète”. Or, son conseiller en communication attaché à son cabinet d’ambassadrice a par exemple effectué un voyage de deux jours pour constater l’avancée des projets de création de “maternités solaires” entrepris au Sénégal dans le cadre de sa fondation. Ce n’est pas la seule fois qu’un de ses collaborateurs exerce des missions en lien avec des projets personnels de Ségolène Royal.
En effet, la cellule investigation de Radio France assure que sa collaboratrice du Quai d’Orsay était ainsi à Montpellier et à Poitiers, les 7 et 18 décembre 2018, pour des conférences suivies de séances de dédicaces, puis à Brest le 30 avril 2019. Son conseiller était lui présent à Bruxelles le 11 décembre 2018 et à Canteleu, près de Rouen, le 15 mars 2019 dans le cadre de la tournée littéraire de l’ancienne ministre.
De lourdes factures de véhicules avec chauffeur
Les déplacements en VTC de Ségolène Royal sont également sujets à questionnements. “Les ambassadeurs thématiques n’ont pas le droit à une voiture avec chauffeur, et c’est vite devenu un sujet de crispation pour Ségolène Royal”, a confié un ancien du Quai d’Orsay à franceinfo. L’ex-ministre de l’Environnement semble avoir utilisé une partie de son enveloppe de frais de mission pour pallier cette absence de prise en charge. Les factures de véhicules avec chauffeur consultées par franceinfo apparaissent extrêmement élevées.
Elles étaient par exemple de 1.430 euros pour le seul mois de novembre 2017. Ce 7 avril 2018, c’est une grosse berline allemande qui a par exemple déposé Ségolène Royal à Selles-sur-Cher (Loir-et-Cher) pour l’inauguration d’une chaufferie. Autre exemple le 12 décembre 2017 par exemple, quand l’ancienne ministre dépense 420 euros auprès d’une société de VTC. Ségolène Royal était alors invitée sur RTL le matin puis se rendait au One Planet Summit qui se tenait à Boulogne-Billancourt.
Ségolène Royal parle d’”insinuations diffamatoires”
Pourtant dans une note interne du 22 septembre 2017 consultée par francienfo, le secrétariat général du ministère leur rappelle au sujet des taxis que les ambassadeurs sont censés “éviter leur emploi, fort onéreux, pour de courts trajets en journée, limiter les périodes d’attente et utiliser autant que faire se peut les transports publics”. De son côté, Ségolène Royal nie toutes ces accusations en bloc. “Je ne vois pas de quoi vous parlez, vos insinuations sont diffamatoires”, a-t-elle réagi de manière lapidaire.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!