Disneyland Paris divise la prime de Noël par deux

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Le parc avait versé à 14.500 salariés une "prime Macron" de 500 euros net l’année dernière. En 2019, elle ne sera que de 250 euros brut, un montant insuffisant pour les syndicats.

La prime de Noël fait débat cette année à Disney. Annoncée à 250 euros brut ce mardi 12 novembre par la présidente d’Euro Disney, la prime de Noël versée à la grande majorité des salariés n’est pas suffisante selon les syndicats. Comme le rappelle Le Parisien, l’an dernier, 500 euros net leur avaient été donnés pour Noël. C’est donc une prime divisée par deux qui sera attribuée à 85% des salariés, soit environ 14.500 sur un total de 17.000 collaborateurs.
Pour rappel, l’année dernière, la prime de départ de 200 euros brut avait été augmentée dans le contexte de crise des “gilets jaunes”. Les syndicats souhaitent que la prime reste de ce même montant cette année. “Cette année, le Père Noël s’est transformé en Cruella d’Enfer. 250 euros brut soumis à l’impôt alors que le chiffre d’affaires et le bénéfice net ont battu des records cette année. Scandaleux !”, s’insurge auprès du Parisien la CFDT, syndicat majoritaire.
>> Lire aussi – Disneyland Paris : deux milliards d’euros sur la table pour agrandir le parc
Selon Le Parisien, les performances financières du parc se portent pourtant très bien. En effet, alors que le résultat net de l’exercice était de 14,5 millions d’euros dans le négatif en 2017, il était de 255 millions d’euros en 2018. La CFTC estime que “les salariés sont les oubliés” de ce succès. “On ne reconnaît absolument pas leur engagement à la magie Disney au quotidien”, s’insurge le syndicat qui demande à Natacha Rafalski, la présidente d’Euro Disney, de revoir “dans les plus brefs délais le montant inacceptable de cette prime”.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!