Prêt immobilier : ces banques qui refusent désormais les courtiers

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Autrefois rois des crédits immobiliers, les courtiers sont désormais dans le viseur des banques. Face aux prix trop élevés des commissions à leur verser, certaines banques ont déjà mis fin à leurs contrats de courtages.

Les banques déclarent la guerre aux courtiers. Alors qu’ils génèrent 40% des demandes de crédit immobilier, et même jusqu’à 60% en région parisienne, l’âge d’or de la profession semble être bel et bien terminé. En effet, selon Les Échos, la profession serait dans le viseur des banques. Selon les informations du journal économique, plusieurs grandes banques auraient déjà commencé à remettre en cause leur partenariat avec les réseaux de courtage. “La guerre est déclarée”, assure même un des plus gros courtiers français.
Si chaque région et chaque banque a un positionnement distinct au sujet des courtiers, les mutualistes sont fermes : plus question pour eux de payer 1% de commission sur chaque dossier, alors que leurs parts de marché, au niveau local, peuvent être très élevées. Crédit Agricole Languedoc est même déjà passé à l’action en mettant un terme à tous ses contrats avec les courtiers. “On ne gagne plus d’argent sur les prêts à l’habitat. Avec nos parts de marché, nous nous rendons compte que nous n’avons pas besoin de sourcing”, argue la banque.
Les banques veulent restaurer leurs marges en supprimant un intermédiaire
De manière générale, de nombreux courtiers ont en effet été “déconventionnés” par les banques dans le sud-ouest de la France et le même mouvement de défiance vis-à-vis des courtiers est en marche dans le nord-ouest du pays. “Il y a des tensions avec les banques”, reconnaît Philippe Taboret, président de l’Association professionnelle des intermédiaires en crédit (Apic) et directeur général adjoint de Cafpi.
Mais alors qu’est-ce qui a déclenché ce mouvement de désengagement des banques vis-à-vis de courtiers ? Selon Les Échos, il s’agit de la faiblesse historique et continue des taux d’intérêt des crédits immobiliers qui aurait mis le feu aux poudres. Face à la faiblesse de ces taux, les banques ont voulu restaurer leurs marges en supprimant un intermédiaire : le courtier.
>> Lire aussi : L’appel aux courtiers en immobilier se démocratise en France
Pourtant selon certains courtiers, les banques ne peuvent pas se détacher de leurs services si facilement. Pour les plus gros, comme Meilleurtaux, Cafpi ou Empruntis, le combat des banques n’est pas gagné. Les banques “n’ont pas les moyens de gérer les dossiers. Ils vont se planter”, confie même l’un d’eux aux Échos. Les courtiers resteraient des acteurs indispensables dans les zones les plus concurrentielles comme la région parisienne notamment, où aucune banque ne domine le marché, ce qui favorise les apporteurs d’affaires.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!