Comment Coorpacademy est devenu le Netflix de la formation professionnelle

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Fini les ateliers soporifiques ! Cette start-up franco-suisse révolutionne la formation en entreprise en plaçant l’utilisateur au centre d’une expérience ludique et collaborative.

Lorsque La Redoute a définitivement tourné la page du catalogue papier pour se concentrer uniquement sur le digital, il a bien fallu former ses salariés à la culture et aux outils numériques, ainsi qu’aux dernières tendances de l’e-commerce. Et, pour cela, quoi de plus naturel que de proposer des formations… en ligne ! L’entreprise s’est donc tournée vers Coorpacademy pour imaginer une plateforme de digital learning, avec des contenus répondant à ses problématiques. En six mois, 800 salariés ont accédé à la plateforme, mais, surtout, 88% des cours commencés ont été terminés. Bien plus rapide et efficace que s’il avait fallu organiser des formations en présentiel pour chacun des salariés.
De plus, les formations traditionnelles se concentrent encore essentiellement sur le développement des « hard skills », autrement dit les compétences techniques, au détriment des « soft skills », ces compétences douces, humaines et transversales – celles que les robots ne peuvent acquérir – de plus en plus recherchées par les employeurs et les recruteurs. C’est pour combler ce trou dans la raquette que Jean- Marc Tassetto, Arnaud Mitre et Frédérick Bénichou, deux anciens de Google et un « serial web entrepreneur », ont lancé Coorpacademy en 2013.
>> A lire aussi – Avec InsideBoard, l’intelligence artificielle optimise la formation des salariés
Cette start-up franco-suisse, aujourd’hui multirécompensée, a mis en musique, ou plutôt en images, une méthode pédagogique disruptive, basée sur l’assimilation des soft skills. Le concept ? La « simplexité ». Derrière ce mot-valise, l’idée est de proposer une interface ultra-facile d’utilisation, ludique et attractive, mais donnant accès à des contenus ciblés et pertinents. « Nous avons conçu un outil flexible, qui s’adapte à l’usager : nos contenus se consomment par-tout et à tout moment, en vingt minutes en moyenne, voire en cinq minutes grâce au microlearning », détaille Frédérick Bénichou, l’un des cofondateurs.
Concrètement, comment ça marche ? « Notre méthode repose sur la pédagogie inversée », poursuit le dirigeant. L’utilisateur regarde une vidéo de deux minutes, puis doit répondre à des questions. Et c’est seulement après qu’il accède à la ressource pédagogique, qui lui permet soit de se corriger, soit d’aller plus loin. « Cela insuffle une nouvelle dynamique à l’apprentissage. »
>> Notre service – Trouvez la formation professionnelle qui dopera ou réorientera votre carrière grâce à notre moteur de recherche spécialisé (Commercial, Management, Gestion de projet, Langues, Santé …) et entrez en contact avec un conseiller pour la faire financer.
Le succès auprès des salariés s’explique aussi par la dimension très ludique de la plateforme : on marque des points à chaque étape de l’apprentissage, on gagne des badges à mesure que l’on progresse. Les chiffres montrent qu’offrir des fonctionnalités issues du monde du gaming suscite un fort engagement et crée une réelle émulation entre collaborateurs. « Pour une entreprise, c’est aussi un bon moyen de révéler des talents cachés, potentiellement profitables à l’organisation, ajoute Frédérick Bénichou. Chez Pernod Ricard, par exemple, l’employé affichant le meilleur score aux quiz sur la culture digitale était magasinier à Cognac : sa maîtrise du sujet et le fait que cela se sache l’ont amené à coacher le directeur marketing du groupe. » Et, en s’amusant, on développe sa culture digitale ou son intelligence émotionnelle, avec la possibilité de se challenger entre apprenants ou de se faire coacher par un autre participant.
Le lien avec Netflix ? Les modules de formation, des vidéos courtes et ludiques assorties de quiz, sont accessibles à tout moment depuis n’importe quel terminal (smartphone, tablette, ordinateur). Et les contenus consommés aident à sélectionner ceux qui sont recommandés par la suite grâce au machine learning – la start-up ayant établi 27 profils distincts d’apprenants.
>> A lire aussi – Formation professionnelle : ce que le CPF change pour vous
Après avoir tenté, à ses débuts, de s’adresser directement aux particuliers, Coorpacademy a depuis revu son modèle et ne travaille plus qu’en BtoB, pour des grands comptes (Crédit agricole, Renault, Auchan, L’Oréal, Engie, Michelin…). Les entreprises paient un abonnement qui permet à leurs salariés d’accéder à un catalogue de formations.
Les tarifs sont dégressifs en fonction du nombre d’utilisateurs : depuis 9,90 euros par mois pour moins de 100 salariés, jusqu’à moins de 7,90 euros à partir de 300 personnes, sans engagement de durée. Il peut s’agir soit de formations spécifiquement élaborées pour l’entreprise, soit de formations plus générales, voire d’un mélange des deux. Coorpacademy a ainsi récemment mis au point un programme de formation au contrôle interne pour les équipes de Pernod Ricard, ou encore une animation pour faire connaître le programme « La vie en bleu », autour de la bonne alimentation, de la santé et du bien-être, aux 350.000 collaborateurs du groupe Auchan Retail.
>> A lire aussi – Diplôme, certification, qualification : faites le bon choix pour valider votre formation
Pour les formations généralistes, proposées à toutes les entreprises, Coorpacademy s’appuie sur un réseau de 40 partenaires et d’experts, dont les magazines Capital et Management, mais aussi les éditions Dunod et la collection Bescherelle. Le site offre plus de 1.000 vidéos et 8.000 questions (culture digitale, management et leadership, future of work…), l’ensemble couvrant déjà 90% des soft skills identifiées par le Forum économique mondial. Une levée de fonds de 10 millions d’euros en 2016 a notamment permis le déploiement de la plateforme à l’international, avec la traduction des formations en anglais.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!