La gestion trouble de Dune, la cryptomonnaie soutenue par Xavier Niel

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Trois mois après son lancement, la cryptomonnaie Dune essuie une tempête autour de l’un de ses cofondateurs. Fabien Dureuil est soupçonné d’avoir vendu des millions d’unités qui ne lui appartiennent pas.

La confiance que l’on confère à une monnaie est une notion fondamentale dans l’économie traditionnelle. C’est parce qu’on estime que sa gouvernance est bien gérée que l’on va l’utiliser. Si on apprenait, par exemple, qu’un gouverneur de la Banque centrale européenne avait réussi à vendre des millions d’euros de la réserve pour s’enrichir, cela aurait été désastreux pour l’euro. Toute proportion gardée, c’est une incertitude de ce type que traverse la communauté de la cryptomonnaie Dune. L’un de ses cofondateurs, Fabien Dureuil, est soupçonné de revendre en douce des millions d’unités qui ne lui appartiennent pas. Il a été suspendu de ses fonctions vendredi 22 novembre.
Dune est un protocole blockchain présenté en août dernier. Il est principalement développé en France et financé via le fonds franco-américain Starchain Capital de l’entrepreneur Cyril Paglino, auquel Fabien Dureuil appartient également. Quelques personnalités de renom comme Xavier Niel et Marc Simoncini ont également investi des petites participations, comme Capital l’avait révélé à la fin de l’été. Récemment, l’équipe a ouvert “The Garage”, un lieu flambant neuf à Paris dont l’ambition est de devenir premier accélérateur de start-up blockchain européen.

Today, we’re opening @Thegarage_paris with @_TheFamily , @dune_network and @Starchainfund. Simple mission: grow the Blockchain ecosystem in Europe ! 🎉🎉🎉 pic.twitter.com/54nw6lD1Gr— CyrilPaglino (@cyrilpaglino) November 12, 2019

Dune est issu d’une scission au sein de la communauté Tezos (11ème cryptomonnaie du marché, 912 millions de dollars de capitalisation). Lors de l’annonce de sa création, certains pro-Tezos ont accusé l’équipe de Dune de créer ce projet pour siphonner à peu de frais une partie de la valeur de Tezos. Mais l’équipe de Dune souhaite montrer patte blanche. “Nous sommes ici pour développer l’un des meilleurs protocoles blockchain du marché, expliquait Cyril Paglino en août dernier, les cofondateurs ne vendront pas leurs tokens lors de la première année pour montrer que nous avons une vision long terme”. Une volonté de transparence qui n’a pas été suivie de faits.
>> Suivez en direct les cours des principales cryptomonnaies
Une gouvernance trouble
Nous avons consulté les transactions de Fabien Dureuil en analysant la blockchain Dune où les flux sont publics. Nous constatons qu’il a reçu sur son adresse principale un versement originel de 24 millions de tokens mi-septembre, consécutivement à la création de Dune où les fondateurs ont reçu leur récompense pour le travail accompli (un peu comme quand les fondateurs d’une start-up reçoivent leurs premières actions). Jusque là, pas de problème. On remarque ensuite que Fabien Dureuil s’est allégé à deux reprises d’une partie de son patrimoine : d’abord de huit millions de tokens, puis de quatre millions. Un peu étonnant, alors qu’il s’était engagé à ne rien toucher.
“Selon les accords à la création de Dune, 16 millions de tokens me revenaient en tant que cofondateur et sur ce total je devais en transférer quatre à Starchain où je suis l’un des associés”, explique Fabien Dureuil à Capital. Ceci explique la transaction sortante de quatre millions, mais quid de l’autre transaction de huit millions ? “Parallèlement, il m’a été confié la gestion de huit millions de tokens dans le but de les distribuer aux futurs partenaires afin de développer l’écosystème Dune”, justifie-t-il. Selon lui, ces incitations concernent principalement des dons ou des prêts à des développeurs. Mais c’est là que le bât blesse.
Il est classique qu’une distribution de tokens soit organisée à la naissance d’un nouveau protocole blockchain. Cela permet de développer un environnement dynamique au sein duquel les ingénieurs sont incités à créer des applications qui valoriseront Dune. En revanche, cela pose un problème de transparence si un membre s’occupe seul de la distribution. Traditionnellement, cette mission échoit à une fondation dotée d’une gouvernance partagée. Une organisation collégiale doit prévenir les risques de dérives.
>> Posez toutes vos questions crypto sur notre groupe Facebook spécialisé
Un fonds de “récompenses” géré par une seule personne
L’adresse qui contrôle les huit millions de tokens a actuellement un solde de 1,8 million de tokens. Une grande partie a déjà été distribuée. Il est difficile de tous les retracer, mais au moins 1,3 million ont été envoyés vers une adresse revendiquée par un courtier de gré-à-gré. Celui-ci est chargé d’acheter ou vendre des tokens en l’absence de Dune sur les plateformes d’échange traditionnelles. Cela veut dire que Fabien Dureuil a vendu des tokens Dune qui ne lui appartenaient pas contre une contrepartie. L’intéressé réfute s’être enrichi personnellement. Il explique avoir eu besoin de fonds pour payer des prestataires extérieurs.
Nous avons contacté le courtier en question, un certain “Crabby Paddy”, dont la relation avec Fabien Dureuil est amicale étant donné la teneur de leurs échanges. Celui-ci explique avoir reçu 500.000 tokens Dune via une distribution gratuite prévue pour attirer les développeurs Komodo, ainsi qu’un prêt de 300.000 tokens pour assurer le démarrage de sa mission de validateur sur le réseau Dune. Nous avons pu consulter sa reconnaissance de dette. Il évoque ensuite un achat de 500.000 tokens au fonds géré par Fabien Dureuil pour la somme de 15.000 dollars.
Ce dernier explique que cette somme aurait principalement servi à payer Chainzilla, une start-up panaméenne chargée de développer le portefeuille électronique Dune Wallet. Nous avons pu consulter une facture ainsi que la preuve de la transaction de 10.500 dollars réalisée dans la cryptomonnaie Paxos à destination de Chainzilla. Mais ces flux ne sont pas les seuls à avoir été réalisés dans l’opacité.
Confusion entre son propre portefeuille et celui de la communauté ?
Selon nos constatations, Fabien Dureuil a aussi envoyé 390.000 tokens depuis le fonds prévu pour les récompenses vers d’autres adresses qu’il contrôle. Ces versements sont consultables sur la blockchain : 180.000 tokens le 14 septembre, puis 90.000 tokens et 120.000 tokens le 23 octobre. Toutes les adresses de réception possèdent un point commun : elles désignent toutes l’adresse suivante comme “manager”, tout comme l’adresse principale et publique de Fabien Dureuil. Selon le cours officieux de Dune (entre 0,025 et 0,05 dollar), cela représente entre 9750 et 19.500 dollars. Une grande partie de ces fonds ont ensuite été envoyés vers l’adresse appartenant au courtier, laissant à nouveau planer le doute d’un enrichissement personnel. Fabien Dureuil n’a pas été en mesure de justifier ces transactions.
Jeudi 21 novembre, les équipes de Dune et Starchain ont annoncé la suspension de Fabien Dureuil jusqu’à nouvel ordre. Vendredi 22 novembre, Dune a déclaré avoir réclamé à ce dernier un rapport complet de ses transactions. Depuis, c’est le silence radio. Cette communication ne prouve pas la culpabilité de Fabien Dureuil mais démontre une gestion opaque dont seul Fabien Dureuil avait le secret. Cyril Paglino n’a pas souhaité répondre aux questions de Capital, ni Fabrice Le Fessant, à la tête d’Origin Labs, le principal studio de développement de l’écosystème Dune.
“Je déplore le manque de transparence de l’équipe à la tête de Dune car celle-ci va à l’encontre de l’objectif pro-business qu’elle s’était fixée”, commente Anis Haboubi, consultant blockchain indépendant. “Ils ont complètement échoué à mener à bien la distribution des tokens ainsi qu’à installer des gardes-fous au sein des cofondateurs. Ils n’ont pas été assez professionnels sur l’indispensable séparation entre les fonds alloués aux cofondateurs et ceux dédiés au développement de l’écosystème. Je salue l’initiative de The Garage qui vise à devenir un leader européen dans la blockchain, mais il est indispensable qu’ils soient plus transparents. Nous avons besoin d’un écosystème sain où l’éthique prime”
>> Écoutez l’épisode de notre podcast 21 Millions consacré au crypto-euro :

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!