Les entreprises payent-elles trop d’impôts locaux ?

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Selon le Medef, les sociétés françaises ont payé 42,6 milliards d’euros d’impôts en 2018, soit en moyenne 2.310 euros par salarié.

Le poids de la fiscalité française tue les entreprises. Le Medef a décidé de tirer la sonnette d’alarme dans son Baromètre de la fiscalité locale des entreprises. Selon le syndicat des patrons, les sociétés de l’Hexagone ont payé, l’année dernière, 42,6 milliards d’euros d’impôts aux collectivités locales. Une somme qui représente, en moyenne, 2.310 euros par salarié, détaille le quotidien Dernières Nouvelles d’Alsace. Le montant est ainsi beaucoup plus élevé que l’impôt sur les sociétés, payé à l’État, et qui s’élève à 27,4 milliards d’euros.
“Nous avons un vrai problème de compétitivité du pays, à travers les impôts de production que paient les entreprises”, explique ainsi Patrick Martin, le président délégué du Medef. Pour lui, ces impôts “frappent le chiffre d’affaires, les investissements et les emplois, que l’entreprise fasse ou non des bénéfices”. Parmi les principales taxes imposées aux entreprises on trouve la CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée), les taxes et cotisations foncières et le versement transport.
L’intérêt corse
Après plusieurs années de forte hausse, l’augmentation de la fiscalité sur les entreprises a été de seulement 1,3% l’année dernière, notamment grâce à la stagnation de la CVAE à 13,3 milliards d’euros, détaille Le Dauphiné Libéré. Les taxes et cotisations foncières ont quant à elle coûté 18 milliards d’euros aux entreprises et le versement transport 6,6 milliards. Des chiffres qui cachent toutefois d’importantes disparités en fonction des régions.
>> A lire aussi – Bourse : les dividendes, carotte pour l’actionnaire et accélérateur pour l’entreprise
C’est en Île-de-France que les entreprises paient le plus d’impôts, notamment en raison du prix du foncier. Les sociétés versent ainsi, en moyenne, 2.730 euros de taxes par salarié quand en Corse, région la plus avantageuse de France, elles ne paient que 1.530 euros d’impôts par salarié. La Bretagne et les Pays de la Loire offrent également une situation fiscale intéressante pour les entreprises à l’inverse de l’Occitanie, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Normandie.
Tirer le signal d’alarme
Face à ce constat, le Medef demande notamment de donner plus de pouvoir fiscal aux élus locaux, afin de faire jouer une concurrence qui encouragerait la baisse des impôts sur les entreprises. “Le problème est que les entreprises ne sont pas considérées comme des électeurs”, déplore Patrick Martin. “Il est donc politiquement moins sensible de taxer les entreprises que les ménages”.
>> A lire aussi – Microentreprise, EURL, SASU… pourquoi choisir le bon statut d’entreprise est important
Le président délégué du Medef appelle ainsi “les collectivités locales à la responsabilité : on ne peut pas d’un côté se désoler de la désertification économique, notamment industrielle, des territoires, sans s’attaquer à la fiscalité locale qui pèse sur les entreprises. À la veille des municipales, il est temps de tirer le signal d’alarme pour que les élus locaux ne soient pas dans le court-termisme ni l’électoralisme”.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!