“Les Etats-Unis pourraient rentrer en récession à cause des tensions avec la Chine”

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Selon Christophe Barraud, chef économiste chez Market Securities, la guerre commerciale avec la Chine devrait commencer à peser sur l’économie américaine.

Capital : Les Etats-Unis ont encore enregistré un taux de croissance assez soutenu au deuxième trimestre (+2%). Vont-ils échapper au ralentissement économique global ?

Christophe Barraud : Non, les chiffres de la seconde partie de l’année risquent d’être beaucoup plus mauvais et l’économie va sûrement décélérer, car la guerre commerciale que les Etats-Unis mènent contre la Chine commence à avoir un impact important. On le voit avec certains indicateurs qui ne sont plus aussi positifs qu’auparavant : les créations de postes, par exemple, sont en train de ralentir.
Cet affaiblissement de la croissance devrait d’abord provenir de l’incertitude politique, qui pèse de plus en plus sur l’investissement des entreprises. Mais aussi des conséquences négatives de la guerre tarifaire sur les dépenses des ménages. Depuis le 1er septembre, ce sont en effet près de 70% des biens de consommation exportés par le pays de Xi Jinping vers les Etats-Unis qui sont désormais surtaxés (contre seulement 29% auparavant)…
La croissance va-t-elle seulement se contracter ou les Etats-Unis peuvent-ils entrer en récession ?
Si les tensions avec la Chine s’intensifiaient et que 100% de leurs produits étaient surtaxés, comme menace de le faire Donald Trump, la probabilité de récession en 2020 dépasserait alors les 50%. Cela aurait un effet désastreux sur les consommateurs, mais aussi sur les entreprises, car elles ne pourraient pas forcément répercuter toute la hausse de prix, et cela mettrait leurs marges sous pression. C’est pour cela qu’il y a peu de chances que Donald Trump aille jusqu’au bout de sa menace : 2020 est une année électorale et il va essayer de limiter les turbulences économiques en nouant le maximum de deals, avec la Chine mais aussi avec l’Union européenne. Il ne faut pas oublier que la force du bilan de Trump, c’est l’économie : le chômage est au plus bas depuis cinquante ans et les salaires progressent à un rythme soutenu. Cela serait dommage de tout gâcher…
>> A lire aussi – La baisse des taux d’intérêt aux Etats-Unis annonce-t-elle une récession ?
En cas de récession, quelles sont les marges de manœuvre dont dispose l’économie américaine ?
En ce qui concerne la politique monétaire, la Réserve fédérale peut se montrer beaucoup plus accommodante, et elle pourrait relancer un programme d’achat d’actifs. Pour ce qui est de la politique budgétaire, cela serait plus compliqué, car il faudrait un accord entre démocrates et républicains juste avant une échéance électorale… Mais s’il y a vraiment une urgence économique, ils pourraient s’entendre pour enfin lancer un plan d’investissement dans les infrastructures.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!