Le champion français de l’aéronautique Latécoère passe sous pavillon américain

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Latécoère passe sous le contrôle d'un fonds américain.

Latécoère perd son indépendance. L’offre publique d’achat (OPA) de Searchlight sur notre fleuron de l’aéronautique a été couronnée de succès, le fonds américain détenant désormais 62,76% du capital de l’équipementier, a annoncé mercredi soir l’Autorité des marchés financiers (AMF). “Au total, la société SCP SKN Holding I détient 59.508.319 actions Latécoère représentant autant de droits de vote, soit 62,76% du capital et au moins 61,99% des droits de vote de la société”, a détaillé le gendarme boursier dans un communiqué.
“La condition minimale requise en application de l’article 231-9 I du règlement général – à savoir la détention directe et indirecte à l’issue de l’offre d’un nombre d’actions représentant une fraction du capital ou des droits de vote de Latécoère supérieure à 50% – est satisfaite”, a complété l’AMF, ajoutant que l’offre bénéficiait ainsi d’une “suite positive”. L’OPA de Searchlight sur Latécoère a été close mardi soir. Searchlight est devenu en avril le premier actionnaire de Latécoère en rachetant 26% des parts détenues par trois autres fonds (l’américain Apollo, le luxembourgeois Monarch et le suisse CVi Partners), au même prix que celui annoncé pour l’OPA (3,85 euros), pour un total de 106,8 millions de dollars.
>> A lire aussi – Défense : l’avion de combat du futur franchit un cap majeur
Le conseil d’administration de Latécoère avait accueilli favorablement le projet d’opération. A l’annonce de son offre publique d’achat le 29 juin, Searchlight détenait 26,05% du capital et 25,73% des droits de vote. Son offre, qui représentait une prime de 34% sur le cours d’alors, valorisait l’entreprise à 365 millions d’euros. L’OPA avait en revanche suscité l’opposition de la CGT, qui soupçonnait Searchlight de vouloir mener une opération financière et non un projet industriel, et dénonçait le fait que le fonds était immatriculé aux îles Caïmans.
“Constater que l’OPA n’a pas marché aussi bien qu’ils le souhaitaient est une satisfaction pour nous”, a déclaré mercredi soir à l’AFP le secrétaire du syndicat pour l’entreprise, Florent Coste. “Ils ont certes pris le contrôle, mais ils devront composer avec d’autres actionnaires. Ils ne pourront pas faire exactement ce qu’ils voulaient, puisque leur première intention était de sortir Latécoère de la cotation”, a-t-il poursuivi.
>> A lire aussi – L’US Air Force transforme ses chasseurs F-16 en avions autonomes
Sortir une entreprise de la Bourse n’est possible que si l’actionnaire majoritaire le souhaite et détient plus de 90% du capital et des droits de vote. “Quelle va être la suite? Est ce qu’ils vont poursuivre l’aventure Latécoère? Ou constatant ce demi-échec ils vont se retirer rapidement? Cette nouvelle pose de nouvelles questions”, a encore dit le syndicaliste. Pour lui, “on est toujours, nous, salariés, dans une position d’incertitude, et la menace sur l’emploi et la pérennité de l’outil industriel se pose aujourd’hui pas moins qu’hier”.
Fondé en 1917 par Pierre-Georges Latécoère, pionnier de l’Aéropostale avec ses hydravions, l’équipementier compte aujourd’hui Airbus parmi ses principaux clients. Il est spécialisé dans les aérostructures (tronçons de fuselage, portes) et les systèmes d’interconnexion (câblages, meubles avioniques et équipements embarqués). Il emploie près de 5.000 personnes dans 13 pays.
>> Notre service – Investissez dans des sociétés innovantes et à fort potentiel de valorisation avant leur introduction en Bourse
L’an dernier, Latécoère a vu son bénéfice net fondre de 80% à 6 millions d’euros pour un chiffre d’affaires 2018 en très légère hausse (+0,3%), à 659,2 millions d’euros. Il a subi une perte nette de 5,9 millions d’euros au premier semestre mais enregistré un bénéfice opérationnel courant en forte hausse (+52%), à 10,8 millions d’euros.
>> Rejoignez le Club Capital des Boursicoteurs sur Facebook (cliquez sur l’image)
Getty Images>> En vidéo – Latécoère : cent ans d’histoire marqués par de nombreuses reconversions

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!