Ce serrurier qui empochait l’argent sans jamais ouvrir les portes

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Sa méthode était simple : il demandait à ses victimes de payer 1.000 euros avant de disparaître dans sa camionnette pour récupérer du matériel et de ne jamais revenir.

Depuis le 27 juin dernier, les policiers étaient à la recherche de ce serrurier loin d’être scrupuleux. Tout a démarré de la plainte d’une personne qui a raconté avoir fait appel à un serrurier pour lui déverrouiller sa porte. Alors qu’un individu arrive chez elle peu de temps après, il regarde la porte et lui dresse un devis. Alors que tout semblait jusque-là être la démarche classique, le serrurier lui demande de régler la somme de plus de 1.000 euros avant le début des travaux. Il sort alors son terminal pour qu’elle puisse régler par carte bancaire. Une fois l’encaissement fait, il déclare aller chercher ses outils dans son utilitaire avant de disparaître. L’homme en question n’a pas agi de la sorte qu’une seule fois puisque le montant du préjudice est tout de même évalué à 57.000 euros. Il aurait agi en Île-de-France, et dans deux arrondissements parisiens : les VIIIe et IXe, comme le rapporte Le Parisien.
Après des longs mois d’enquête pour tenter de remonter jusqu’à cet escroc, la piste d’un artisan de Levallois est privilégiée. Lors d’une perquisition à son domicile, 2.000 euros en liquide seront retrouvés ainsi que deux terminaux de paiement. Au cours de sa garde à vue, 14 victimes ont été identifiées. Finalement, après analyse de son téléphone portable, 23 autres ont été recensées. Ainsi, une quarantaine de personnes serait tombée dans le piège de ce serrurier aux méthodes plus que douteuses.
L’artisan remis en liberté
“Plus de 29.000 euros ont été découverts sur les comptes bancaires du mis en cause. Cette somme pourrait être saisie et servir à l’indemnisation des victimes, ce qui est hélas plutôt rare dans ce genre d’affaire”, confie un proche du dossier au quotidien. L’artisan a retrouvé la liberté à la fin de sa garde à vue. Il devra néanmoins s’expliquer devant la justice lors du dernier trimestre 2020.
>> A lire aussi : À Armentières, le serrurier facture 1.076 euros l’ouverture d’une porte !

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!