Casino : le groupe de Jean-Charles Naouri prévoit une dette rééchelonnée sur 10 ans

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Rallye, la maison-mère du distributeur stéphanois Casino Guichard, annonce avoir finalisé ses projets de plans de sauvegarde.

La maison mère de Casino a finalisé ses projets de plan de sauvegarde. Rallye, le groupe de Jean-Charles Naouri, sous procédure de sauvegarde depuis fin mai en raisons d’importantes difficultés financières, prévoit l’homologation de son plan au plus tard fin juin 2020. Elaborés avec le concours des administrateurs judiciaires, ces plans prévoient le règlement des dettes accumulées par Rallye et ses holdings Foncière Euris, Finatis et Euris sur une durée de dix ans, soit un montant total de près de 3,3 milliards d’euros, dont 2,9 milliards d’euros pour Rallye et ses filiales.
Les projets de plans de sauvegarde liés à chaque société prévoient un calendrier de règlement des dettes uniforme pour tous les créanciers. Durant les deux premières années, 100.000 euros seraient répartis chaque année entre tous les créanciers. Puis de la troisième à la neuvième année, 5% de chaque créance serait acquitté. Enfin la dixième et dernière année, 65% de chaque dette serait réglé, montant duquel serait déduit les sommes déjà versées les deux premières années.
>> A lire aussi – Le patron de Naturalia et Monop’ quitte ses fonctions
Ces propositions de règlement des dettes seront soumis aux créanciers qui disposeront de 30 jours afin de se prononcer. Dès lors, une période de négociation entre Rallye, ses créanciers et les administrateurs judiciaires s’engagera. Rallye et ses holdings tablent sur une homologation de ces plans par le tribunal de commerce de Paris au plus tard le 30 juin 2020. A partir de là, en fonction des réponses obtenues des créanciers, le groupe et ses holdings communiqueront plus précisément sur les modalités de leur désendettement.
>> A lire aussi – Casino vend les murs de 12 hypermarchés et 19 supermarchés
Fin novembre, la maison mère de Casino avait annoncé avoir conclu des accords avec certains de leurs créanciers, non concernés par ces plans de sauvegardes, visant le réaménagement de plusieurs échéances financières. Ces accords portaient sur “des opérations de dérivés” représentant un montant total de 231 millions d’euros, “bénéficiant de nantissements (sorte de garantie, NDLR) portant sur 9,5 millions d’actions de Casino, soit 8,7% du capital”, expliquait alors Rallye.
>> A lire aussi – Carrefour, Casino… Une agence de notation tire la sonnette d’alarme
De son côté, Casino avait à la fin octobre obtenu l’allongement de l’échéance de remboursement de sa dette grâce à une extension de ses lignes de crédits auprès de 21 banques françaises et étrangères. L’entreprise avait également réussi auparavant à lever 1,8 milliard d’euros de nouveaux financements.
>> En vidéo – Capital n°298 Roman Photo Distributeurs-Fournisseurs

>> Rejoignez le Club Capital des Boursicoteurs sur Facebook (cliquez sur l’image)
Getty Images >> Inscrivez-vous à notre newsletter Entreprises et Marchés
>> Notre service – Testez notre comparateur de Comptes-Titres pour passer vos ordres de Bourse au coût le plus bas

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!