Grève à la RATP : le nombre d’arrêts maladie explose depuis le début de la mobilisation

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Le nombre d’agents de la RATP en arrêt maladie a été multiplié par trois pendant la grève. Une hausse spectaculaire qui questionne sur de possibles arrêts de complaisance de grévistes destinés à ne pas perdre d'argent.

Depuis le 5 décembre et le début de la grève illimitée contre la réforme des retraites, le nombre d’arrêts maladie a explosé à la RATP. En effet, Le Parisien révèle que le nombre d’arrêts maladie chez les 3.000 conducteurs de la RATP a augmenté entre 200% et plus de 300% entre la première quinzaine de décembre 2019 et celle de 2018. Dans le détail, le nombre d’arrêts maladie était de 141 en moyenne par jour entre les 10 et 16 décembre 2018. Il est passé à 446 entre les 9 et 15 décembre 2019. C’est donc une hausse de +200% sur la période entre le 5e et le 9e jour de grève. L’augmentation atteint même +321% la deuxième semaine de grève.
La RATP est en effet frappée par une vague d’arrêts maladie. Selon Le Parisien, le nombre d’arrêts maladie moyen des conducteurs de métro était de 137 par jour entre les 17 et 20 décembre 2018. Il a été multiplié par quatre pour atteindre 578 par jour entre les 16 et 19 décembre 2019. Un pic a même été atteint le jeudi 19 décembre, 15e jour de grève, avec 646 arrêts maladie déposés à la RATP. Une explosion des arrêts maladie qui a également touché les conducteurs de RER qui ont vu augmenter leurs arrêts maladie de plus de 300% !
>> À lire aussi – SNCF, RATP… les Français majoritairement contre la grève des bénéficiaires des régimes spéciaux
Face à cette augmentation spectaculaire, une question se pose : les grévistes se font-ils mettre en arrêts maladie pour éviter d’avoir à perdre de l’argent ? Il s’agirait d’une fraude puisque cela constituerait de faux arrêts de travail. Contactée par Le Parisien, la RATP confirme ces chiffres, mais n’a pas souhaité les commenter. Un syndicaliste a de son côté assuré au journal que “le gouvernement et la direction sont prêts à tout pour décrédibiliser le mouvement”. “Les arrêts maladies, ce sont des médecins qui les délivrent, pas les agents de la RATP”, assure-t-il.
90 indemnisations suspendues après un renforcement des contrôles
Face à cette hausse vertigineuse du nombre d’agents malades pendant la grève, la direction de la RATP a décidé de sévir et de renforcer les contrôles. En effet, selon Le Parisien, sur 400 contrôles réalisés récemment, 380 arrêts maladie ont déjà fait l’objet de rapports ayant conduit à la suspension de l’indemnisation pour 90 agents.
Dans la quasi-totalité des cas, cela était dû à l’absence des agents malades à leur domicile lors de la visite du médecin de contrôle. “C’est quoi cette chasse aux sorcières ?”, dénonce le même syndicaliste. Les agents de la RATP n’ont plus le droit d’être malades ? La direction ferait mieux de s’interroger sur les raisons de ces arrêts maladie”, s’insurge-t-il auprès du Parisien.
Le stress de la grève serait à l’origine de cette vague d’arrêts maladie
Selon lui, c’est plutôt le stress généré par cette grève qui serait à l’origine de cette vague d’arrêts maladie chez les agents RATP. “Les passagers mécontents, la pression des grévistes sur les non-grévistes et la difficulté à exercer son métier dans un trafic routier dense peuvent conduire ces salariés dans une détresse psychologique très importante”, assure en effet une source auprès du Parisien.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!