La France utilise pour la première fois un drone Reaper armé

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Paris rejoint ainsi la dizaine de pays utilisant déjà des drones armés à l’extérieur de leurs frontières. La frappe a été menée samedi 21 décembre, dans le centre du Mali.

C’est une première. L’armée française a utilisé, samedi 21 décembre, un drone armé pour frapper une cible à distance. L’opération a été menée dans la forêt de Ouagadougou, à 150 km au nord-ouest de Mopti, où opère le groupe de la Katiba Macina. “Les tirs ont été délivrés par un drone Reaper et une patrouille de Mirage 2000”, précise un communiqué de l’état-major français. L’opération a eu lieu “dans la journée du 21 décembre, poursuivant l’action d’opportunité lancée dans la nuit précédente contre un important regroupement de combattants terroristes, l’opération Barkhane a neutralisé sept terroristes supplémentaires”.
L’armée française avait en effet annoncé, le 19 décembre dernier, avoir achevé de tester l’armement de ces appareils pilotés à distance, rappelle France 24. Elle dispose de trois drones Reaper sur sa base aérienne de Niamey, au Niger. Ces engins sont chargés depuis 2014 de surveiller les groupes armés au Sahel et de collecter des renseignements. Ils peuvent désormais larguer des bombes GBU 12 de 250 kg sur des ennemis identifiés au sol à l’image des avions de combat. Ces appareils viennent appuyer la force Barkhane qui combat les groupes terroristes dans le centre du Mali, une zone désertique immense.

[#BARKHANE] Poursuite de l’action dans la région de Mopti. État-Major Armées (@EtatMajorFR) December 23, 2019

Utilisation encadrée
Preuve de l’importance de plus en plus croissante de ces armes sur les terrains de conflit, la France devrait recevoir l’an prochain six Reaper supplémentaires, équipés de missiles américains Hellfire. Un parc à drone qui doit monter à 12 en 2025, puis à 24 en 2030. Paris rejoint ainsi la dizaine de pays qui utilisent déjà des drones armés à l’extérieur de leurs frontières.
>> A lire aussi – Un drone espion “low-cost” de l’US Air Force capable de voler 60 heures sans atterrir
Les États-Unis, le Royaume-Uni, Israël, la Turquie ou encore l’Iran font partie des États qui ont déjà équipé leurs armées de ces armes redoutables, selon des données de l’ONG Drone Wars UK. En France, l’usage de cette technologie devrait être strictement encadré à l’image de l’utilisation des avions de chasse.
L’opération du 21 décembre intervient dans un contexte tendu dans la région du Sahel où les groupes terroristes se sont largement implantés. Elle intervient un peu moins d’un mois après la mort de 13 soldats français dans la région de Ménaka, aux confins du Mali, du Niger et du Burkina Faso. Barkhane y mène régulièrement des missions contre les groupes armés, et notamment l’État islamique dans le Grand Sahara (EIGS). Avec ces nouveaux drones armés Reaper, elle dispose d’une arme de plus pour tenter de mettre fin à la violence qui gangrène la région.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!