Ségolène Royal bientôt démise de ses fonctions au Quai d’Orsay ?

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

L’ambassadrice chargée de la négociation pour les pôles Arctique et Antarctique aurait outrepassé son devoir de réserve.

Elle ne cesse de fustiger la réforme des retraites et la politique mise en place par Emmanuel Macron. Une attitude qu’elle devrait rapidement payer : Ségolène Royal pourrait être démise de ses fonctions d’ambassadrice des pôles Arctique et Antarctique. Selon Le Canard enchaîné, le Quai d’Orsay estimerait en effet qu’elle a outrepassé son devoir de réserve. Il faut dire que Ségolène Royal n’a pas mâché ses mots dans ses dernières sorties médiatiques.
Le 21 décembre dernier, après qu’Emmanuel Macron a annoncé qu’il renonçait à sa retraite de président de la République, l’ancienne de ministre de l’Écologie a ainsi tweeté que “la vraie question, c’est de savoir s’il renonce à retourner après l’Élysée dans le monde du business mondialisé avec les énormes retraites chapeaux qui vont avec et dont les montants sont sans commune mesure”. Trois jours plus tôt elle avait dénoncé, dans une interview sur franceinfo, la “brutalité” de la réforme des retraites critiquant un gouvernement “arc-bouté pour des raisons d’ego sur ses annonces”.

La vraie question c’est de savoir s’il renonce à retourner après l’Elysee dans le monde du business mondialisé avec les énormes retraites chapeaux qui vont avec et dont les montants sont sans commune mesure … https://t.co/F6LcZ3nCeK— Ségolène Royal (@RoyalSegolene) December 22, 2019

Quatre retraites
La sortie du 21 décembre aurait été la goutte d’eau pour le Quai d’Orsay, qui pourrait relever prochainement Ségolène Royal de ses fonctions glaciaires. L’ancienne ministre avait d’ailleurs déjà été épinglée pour son manque d’implication dans cette fonction. Selon plusieurs médias, elle ne se serait rendue à aucune des quatre réunions des “Senior Arctic Officials” et réalisé à peine une dizaine de déplacements à l’étranger dans le cadre de sa mission depuis sa nomination, en septembre 2017.
>> A lire aussi – Lubrizol : Ségolène Royal dénonce “une entreprise voyou” qu’il “faut faire payer immédiatement”
L’ancienne ministre avait également été épinglée par la cellule investigation de franceinfo pour l’utilisation de son enveloppe d’ambassadrice des pôles à des fins personnelles. Des accusations qu’elle avait qualifiées “d’insinuations diffamatoires”. Ses activités polémiques pourraient donc rapidement prendre fin alors que, rappelle Le Canard enchaîné, Ségolène Royal profite déjà de sa retraite de magistrate de la cour administrative d’appel, de président du conseil régional Poitou-Charentes, de conseillère des Deux-Sèvres et de députée du même département.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!