General Electric : les indemnités proposées aux salariés de Belfort dévoilées

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

485 postes seront supprimés en 2020 sur les sites General Electric de Belfort et Bourogne. France Bleu Belfort Montbéliard s'est procuré l'accord négocié entre les syndicats et la direction.

Jusqu’à 40 mois de salaire, c’est ce que toucheront les 485 salariés des sites General Electric de Belfort et Bourogne, concernés par le plan social. Alors que la première phase de départs volontaires s’ouvre lundi 6 janvier, France Bleu Belfort Montbéliard a pu consulter les détails des indemnités que toucheront les salariés. Le plan de sauvegarde avait été validé par les services de l’État le 19 décembre dernier, depuis, direction et syndicats ont multiplié les réunions pour se mettre d’accord sur les indemnités de départ de salariés.
>> A lire aussi – General Electric Belfort : soutien massif des salariés à un plan sauvant 307 emplois sur les 702 menacés
Ainsi, ils toucheront jusqu’à 40 mois de salaire pour quitter leur poste. Pour les représentants du personnel, il s’agit là “de très bonnes conditions de départs”. Dans un premier temps, 302 départs volontaires sont prévus jusqu’au 31 mars. Pour bénéficier des indemnités, les salariés doivent être ou éligibles à un départ à la retraite anticipée, ou présenter une promesse d’embauche en CDI ou CDD de 6 mois ou bien justifier d’un projet de création d’entreprise ou de formation qualifiante, détaille France Bleu. Selon les syndicats, près de 150 salariés devraient choisir le départ à la retraite anticipée.
Entre 20 et 40 mois de salaire
Les salariés qui partiront volontairement toucheront une indemnité comprise entre 20 et 40 mois de salaire, selon leur ancienneté. Dans le détail, ils recevront une “prime de départ rapide” fixée à 20.000 euros, ainsi qu’une prime d’indemnité légale de licenciement. À ces deux primes s’ajoutera également une prime d’indemnité complémentaire (entre 4 et 8 mois de salaire en fonction de l’ancienneté), mais également un congé de reclassement de 12 mois, poursuit France Bleu Belfort Montbéliard.
>> A lire aussi – General Electric : le site de Belfort ne fermera pas
Les salariés intéressés et éligibles à un départ volontaire doivent remplir un dossier qui passera dans les mains d’un comité de validation paritaire composé de représentants syndicaux et de la direction.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!