Laurent Berger (CFDT) salue “la volonté d’ouverture” d’Edouard Philippe sur l’âge pivot

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

A la sortie de sa réunion avec le Premier ministre, ce vendredi 10 janvier, à Matignon, le secrétaire général de la CFDT a déclaré avoir "senti une volonté d'ouverture" autour de la question épineuse de l'âge pivot figurant dans la réforme des retraites.

Des avancées notables dans les négociations entre la CFDT et le gouvernement concernant l’âge pivot, c’est ce qui ressort des discussions qui se sont déroulées ce vendredi 10 janvier à Matignon. Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, a dit avoir “senti une volonté d’ouverture dans la parole” du Premier ministre sur l’âge pivot, “une mesure aveugle qui n’avait pas lieu d’être dans le projet de loi” réformant le système de retraite, selon lui. “Le Premier ministre nous a dit qu’il répondrait (…) assez vite, assez rapidement (…) à ces préoccupations. On a senti (…) une volonté d’ouverture dans la parole mais encore une fois, je dirais, comme je l’ai dit depuis maintenant quelques jours, tout ça se mesure in fine aux actes”, a-t-il dit à l’issue d’une bilatérale sur une “conférence de financement” du système des retraites.
>> A lire aussi – Réforme des retraites : âge pivot, pension de réversion, droits familiaux… ce que contient le projet de loi
Il a insisté sur le fait que la CFDT “n’entrera dans la conférence de financement qu’à une seule condition” : “une remise à plat (qui) commence par enlever l’âge d’équilibre”. “Cette mesure, telle qu’elle est aujourd’hui, ne porte pas le sceau de la justice sociale”, selon lui. Lors de la rencontre, Laurent Berger a dit au Premier ministre que “la CFDT n’avait jamais été désintéressée par la question de l’équilibre (budgétaire), mais qu’une mesure aveugle et injuste comme celle-ci n’avait pas lieu d’être dans le projet de loi” actuel.
>> A lire aussi – Réforme des retraites : l’intersyndicale appelle à trois nouvelles journées de mobilisation
Le dirigeant du premier syndicat français, qui soutient le principe d’un système de retraite par points, a été reçu près d’une heure et quart, bien plus longtemps que ses homologues syndicaux et du patronat (45 minutes).

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!