Suède : une gare diffuse des images pornographiques à la place des horaires de train

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Le sous-traitant responsable des écrans a ouvert une enquête interne pour déterminer les causes du fâcheux dysfonctionnement et empêcher qu'il ne se reproduise. Il pourrait s'agir d'un piratage informatique.

C’est une erreur de diffusion qui a choqué de nombreux voyageurs. Un écran interactif dans la gare d’une ville suédoise a diffusé des images pornographiques au lieu des habituels horaires et publicités, a-t-on appris vendredi auprès de l’opérateur des transports publics locaux. L’incident survenu au cours d’une opération de maintenance jeudi 16 janvier dans l’après-midi en gare centrale routière et ferroviaire de Kalmar, dans le sud-est de la Suède. Il a duré une quinzaine de minutes avant l’intervention des techniciens.
“Nous avons été informés par un chauffeur de bus que quelqu’un diffusait des images pornographiques sur un de nos écrans”, a indiqué Karl-Johan Bodell, directeur du trafic à la régie des transports publics de la région, KLT. Le sous-traitant responsable des écrans a ouvert une enquête interne pour déterminer les causes du fâcheux dysfonctionnement et empêcher qu’il ne se reproduise, a précisé KLT. Des médias locaux affirment que des hackers en sont à l’origine. La régie n’a pas confirmé cette hypothèse mais Karl-Johan Bodell a reconnu que “c’est la première chose qui [lui était venue] à l’esprit”.
Mésaventures en série
Ce genre d’incident fait régulièrement la une de la presse. En mai 2019, c’est la cérémonie célébrant le titre de champion de France du PSG qui avait défrayé la chronique. Alors que le club de football avait organisé un grand show au Parc des Princes, des images ont montré que durant les célébrations, les écrans dans les salons et les loges du stade diffusaient un film porno, détaille Europe 1. L’explication la plus probable à ce bug serait que les écrans étaient branchés sur la chaîne Canal + qui retransmettait le match.
>> A lire aussi – Regarder du porno au boulot peut entraîner un licenciement pour faute grave
En septembre, c’est la marque de sport Asics qui avait dû s’excuser après la diffusion de films déplacés dans un de ses magasins en Nouvelle-Zélande. Durant plus de neuf heures, les écrans de l’enseigne, situé dans Queen Street, la rue commerçante la plus fréquentée de la ville, ont diffusé des images pornographiques à la place du contenu promotionnel habituel. Le magasin aurait été victime d’un piratage informatique.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!