La liste des 30 magasins C&A qui vont fermer

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Pour justifier l'annonce de 30 fermetures de magasins en France, le groupe néerlandais a mis en avant une baisse de son chiffre d'affaires en France alors que 200 emplois sont menacés. C'est le deuxième plan de sauvetage de l'emploi annoncé en moins d'un an.

La direction de C a annoncé 30 fermetures de magasins en France, soit 200 emplois menacés. La décision aurait été communiquée lors d’un comité central d’entreprise vendredi 17 janvier. Le groupe néerlandais a mis en avant une baisse de son chiffre d’affaires en France. C’est le deuxième plan de sauvetage de l’emploi annoncé en moins d’un an, après 14 fermetures de magasins mises en œuvre en avril dernier. “L’objectif est de reclasser un maximum de salariés, mais c’est parfois très difficile compte tenu de l’éloignement des magasins, on a pu reclasser seulement 14 salariés sur une centaine lors du dernier plan”, en avril, a expliqué Maria Rodrigues, déléguée syndicale centrale FO.
La liste des 30 magasins concernés a été communiquée ce jeudi 23 janvier. Dans le Val d’Oise, les C d’Argenteuil, Sarcelles et Saint-Brice-sous-Forêt fermeront leurs portes tout comme ceux de Metz Actisud et Fèves (Moselle) et de Seclin et Bailleul (Nord). Le C Mistral devra également baisser le rideau ainsi que ceux situés à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), Toulouse-Labège et Toulouse-Fenouillet (Haute-Garonne), Vendenheim (Bas-Rhin), Villenave d’Ornon et Pessac (Gironde) et Le Havre (Seine-Maritime). Les magasins de Mers-les-bains (Somme), Boulazac (Dordogne), Fayet (Aisne), Toulon et La Valette-du-Var (Var) et Brest (Finistère) devront également fermer leurs portes.
>> À lire aussi – Le coup de vieux de C
Sont également concernés par la fermeture les magasins installés à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), Longeville-lès-Saint-Avold (Moselle), Auxerres (Yonne), La Roche-sur-Yon (Vendée) et Saint-Dié-des-Vosges (Vosges). Enfin, les C de Salaise-sur-Sanne (Isère), Chambray-lès-Tours (Indre-et-Loire), Tarbes (Hautes-Pyrénées) et Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne) figurent sur la liste des magasins qui fermeront.
Le secteur du textile-habillement fragilisé par le commerce en ligne
Les perspectives sont sombres pour “une population vieillissante, avec beaucoup de salariés de plus de 50 ans qui ont fait toute leur carrière chez C”, a explique Maria Rodrigues. C détenait avant la vague de fermetures d’avril 2019 près de 160 magasins et 2.800 collaborateurs en France. Le groupe avait pourtant augmenté sa logistique il y a quelques années, avant de subir une baisse de ses ventes depuis 2016, selon la syndicaliste, qui déplore une “stratégie peu claire”. La direction de C a confirmé ce plan de fermetures “afin de pouvoir s’adapter aux exigences d’un secteur de la distribution textile en constante évolution, et renouer avec la profitabilité”.
>> A lire aussi – Voici la liste des 14 réacteurs nucléaires qui devraient fermer d’ici 2035
“Le 17 janvier dernier, C a remis au Comité Central d’Entreprise Extraordinaire des documents concernant un nouveau projet d’adaptation de son réseau, pouvant conduire à la fermeture de 30 magasins supplémentaires”, a-t-elle précisé. C (initiales des frères Clemens et August Brenninkemeijer) est une entreprise familiale depuis six générations. “Une famille historique comme seul actionnaire qui figure pourtant parmi les plus grosses fortunes d’Europe, mais à quel prix ?”, interroge FO Commerce dans un communiqué ce mercredi.
Dans un contexte de réduction d’effectifs dans la distribution (Carrefour, Conforama, Auchan …) le secteur du textile-habillement est particulièrement fragilisé avec une baisse de la consommation depuis deux ans et une montée en puissance du commerce en ligne. Plusieurs chaînes ont en effet déjà réduit la voilure ces derniers mois comme New Look et Pimkie.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!