Coronavirus : les passagers lésés ne seront pas indemnisés

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

En cas de retard ou d'annulation de vol, aucune indemnisation ne sera accordée aux passagers, car il s'agit là d'une "circonstance extraordinaire", indépendante de la compagnie aérienne.

Si votre vol a été annulé ou retardé à cause du nouveau coronavirus, malheureusement vous ne pourrez bénéficier d’aucune indemnisation. C’est ce qu’explique le site Flightright, spécialisé dans le droit des passagers, relayé par Air-Journal. En effet, l’épidémie étant considérée comme une “circonstance extraordinaire”, le règlement européen 261/2004 ne prévoit donc aucune indemnisation.
Selon la réglementation en vigueur, une circonstance extraordinaire se définit comme “échappant à la maîtrise de la compagnie aérienne du fait de sa nature ou de son origine”. Il apparaît ici évident que ces dernières n’ont aucune maîtrise de la situation et ne peuvent prédire les perturbations engendrées par l’épidémie. “Les compagnies aériennes peuvent suivre les conseils de l’OMS et du gouvernement chinois, pour ainsi limiter les risques de propagation du virus et limiter les risques supportés par les passagers et les personnels de bord”, souligne Rémy Duquenne, expert juridique chez Flightright.
>> A lire aussi – Coronavirus : les hôteliers font grise mine
S’ils ne peuvent pas prétendre à une indemnisation, les passagers peuvent néanmoins se faire rembourser leurs billets d’avion sous 14 jours en cas de réservation via la compagnie aérienne directement. Si les billets ont été achetés par une agence de voyage, il est là aussi possible de demander un remboursement ou bien de se réorienter vers une autre destination, sans frais supplémentaire, détaille Air-Journal.
>> A lire aussi – Coronavirus : cinq nouveaux cas en France, notre carte de l’épidémie en temps réel
La réglementation européenne EC 261 oblige les compagnies aériennes à indemniser leurs passagers lors de tout trajet perturbé, mais hors “circonstance extraordinaire”. Ainsi, en cas de vol annulé, de retard de 3 heures ou plus, ou d’embarquement refusé, vous pouvez recevoir une indemnisation pouvant aller jusqu’à 600 euros.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!