Eurofighter : l’Autriche demande à son tour réparation à Airbus

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

L'Autriche exige "réparation" pour une vente controversée d'avions de combat Eurofighter en 2003 pour un montant de 2 milliards d'euros. Vienne a estimé mercredi 12 février que les manquements récemment reconnus par Airbus dans la passation de nombreux contrats internationaux légitiment ses revendications.

L’Autriche a estimé ce mercredi 12 février que les manquements récemment reconnus par Airbus dans la passation de nombreux contrats internationaux légitiment ses revendications envers l’avionneur européen dont elle exige “réparation” pour une vente controversée d’avions de combat Eurofighter en 2003. “Nous demandons réparation (…). Des versements sont intervenus dans plusieurs pays et ce que nous demandons avec insistance, ce sont des réparations pour la République autrichienne”, a déclaré la ministre autrichienne de la Défense, Klaudia Tanner, sur le radio publique Ö1.
Début février, Airbus a conclu une transaction judiciaire avec la France, la Grande-Bretagne et les État-Unis, s’engageant à verser 3,6 milliards d’euros pour clore les enquêtes qui le visaient dans ces trois pays sur des “irrégularités” dans des contrats de vente d’avions. Les investigations portaient sur des faits allégués de corruption commis depuis le début des années 2000 lors de campagnes de vente de matériel dans plusieurs pays. L’un des contrats sur lesquelles enquêtait la justice américaine, en vertu de l’extraterritorialité de son droit, avait été conclu en Autriche en 2003 et concernait la vente de 18 avions de combat Eurofighter pour 2 milliards d’euros.
Un marché entaché de soupçons de malversations
Ce marché est entaché depuis de nombreuses années de soupçons de malversations qui avaient rebondi en 2017 avec le dépôt d’une plainte des autorités autrichiennes contre le groupe aéronautique. Vienne réclamait alors un remboursement du préjudice, estimé au minimum à 183,4 millions d’euros. Cette plainte est actuellement instruite par le parquet anticorruption autrichien. La récente amende à laquelle a consenti Airbus a apporté de nouveaux éléments puisque, selon les documents de la justice américaine, le groupe a reconnu avoir versé ou provisionné 55 millions d’euros destinés à différents intermédiaires pour s’assurer le marché des Eurofighter autrichiens.
>> À lire aussi – L’avenir de l’avion de combat européen du futur désormais entre les mains des députés allemands
Pour obtenir compensation, l’Autriche envisage “différentes options”, a expliqué la ministre de la Défense, “allant du procès criminel à la transaction judiciaire, en passant par des procédures juridiques et civiles”. La coalition entre la droite et les écologistes actuellement au pouvoir à Vienne va également devoir trancher dans un autre chapitre de cette affaire qui concerne le sort des Eurofighter actuellement engagés dans le système de surveillance de l’espace aérien national.
Une décision sera prise au premier semestre 2020
L’Autriche tergiverse depuis trois ans, le gouvernement socialiste au pouvoir en 2017 ayant préconisé le choix d’un autre équipement en raison du coût, selon lui excessif, des appareils actuels. Une décision sera prise au premier semestre 2020, a assuré la ministre conservatrice. Les socialistes, aujourd’hui dans l’opposition, affirment que les récentes révélations sur le contrat autrichien imposent de sortir du programme Eurofighter.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!