Bouygues : bénéfice en recul mais chiffre d’affaires en hausse en 2019

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Le géant du BTP a annoncé des chiffres meilleurs qu'attendus pour l'exercice 2019, avec un résultat net de 1,18 milliard d'euros (-8,5 %) et une activité en augmentation de 7 % à 35,6 milliards d'euros.

Le groupe industriel Bouygues, malgré un recul de son bénéfice net en 2019, fait mieux qu’anticipé grâce à son activité télécoms. Le géant français du BTP a vu son résultat net baisser de 8,5 % à 1,18 milliard d’euros, après des éléments exceptionnels l’ayant gonflé un an plus tôt, mais signe des performances solides et meilleures que prévues grâce aux télécoms, a-t-il annoncé jeudi. Par ailleurs, son chiffre d’affaires progresse de 7% à 35,6 milliards, faisant dans les deux cas mieux que les prévisions des analystes compilés par Bloomberg. Pour 2020, Bouygues a confirmé un objectif déjà donné un an plus tôt : parvenir à un “cash-flow libre après BFR” d’un milliard d’euros, correspondant à sa capacité d’autofinancement. Cet objectif marquerait toutefois un recul par rapport à 2019, où cet indicateur témoin de sa performance a atteint 1,16 milliard.
La baisse du bénéfice net est en trompe-l’oeil. Elle est largement due au fait que la branche de télécoms, l’une des deux activités majeures avec la construction, avait vu ses résultats gonflés un an plus tôt par plusieurs éléments exceptionnels, dont en particulier la vente de tours. Mais les télécoms ont, en fait, signé une excellente performance, faisant nettement progresser leurs revenus à l’aide d’une augmentation du nombre de clients tant dans le fixe que le mobile.
>> Notre service – Investissez dans des sociétés innovantes et à fort potentiel de valorisation avant leur introduction en Bourse, le tout en bénéficiant d’un avantage fiscal
La promotion immobilière pénalisée
Le paysage est plus mitigé dans le BTP. Certes, pour l’heure, le chiffre d’affaires y progresse aussi, mais un ralentissement se profile au niveau des commandes enregistrées par le groupe. Après plusieurs années de progression, elles stagnent. Ce ralentissement est d’abord dû à la France, où le groupe met en avant un attentisme des pouvoirs publics lié à l’approche des municipales. Celui-ci ralentit les commandes de Colas, branche du groupe spécialisée dans les travaux routiers et ferroviaires, et, surtout, la promotion immobilière qui subit un net déclin face au “retard des obtentions de permis de construire”.
>> Inscrivez-vous à notre newsletter Entreprises et Marchés
>> Rejoignez le Club Capital des Boursicoteurs sur Facebook (cliquez sur l’image)
Getty Images

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!