Prison avec sursis pour la trésorière de la Croix-Rouge qui avait détourné 50.000 euros

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Cette femme de 44 ans, ancienne bénéficiaire de la section des Hautes-Alpes, a été condamnée pour abus de confiance. Elle a également interdiction de travailler en tant que trésorière ou comptable et ne pourra pas émettre de chèques durant trois ans.

Elle avait expliqué être “rentrée dans le vice pour acheter des choses à [ses] enfants”. La trésorière de la Croix-Rouge des Hautes-Alpes a été reconnue coupable d’avoir détourné 50.000 euros de l’association. Elle avait été jugée le 13 février dernier et le tribunal de Gap a rendu sa décision ce jeudi 27 février. Il l’a condamnée à un an de prison avec sursis et mise à l’épreuve, détaille le Dauphiné Libéré. Elle devra également justifier d’un travail durant deux ans et indemniser la Croix-Rouge.
La femme de 44 ans a également interdiction d’exercer l’activité de trésorière ou comptable et n’a plus le droit d’émettre des chèques durant trois ans. Cette ancienne bénéficiaire de la Croix-Rouge, embauchée par la suite comme trésorière de l’association dans les Hautes-Alpes, a détourné 47.867,38 euros en 17 mois. Elle a ainsi dérobé 147 chèques entre le 1er septembre 2017 et le 29 février 2019.
Déjà condamnée
A cette date, cette mère de quatre enfants quitte sans explication l’association sans donner de nouvelles. C’est alors que les responsables de la Croix-Rouge découvrent l’arnaque. Cette assistante maternelle, percevant 950 euros par mois, n’avait pas la signature des chèques mais présentait les factures à régler, remplissait les chèques, parfois même, émis en blanc, détaille La Provence. Aucun contrôle n’était fait jusqu’au moment du bilan annuel.
>> A lire aussi – Le numéro de téléphone du FBI détourné par des escrocs
L’ancienne bénéficiaire était poursuivie pour escroquerie mais a finalement été condamnée pour abus de confiance. L’accusée avait par ailleurs déjà été condamnée, en 2015, pour avoir détourné un chèque au préjudice d’une association. Le ministère public avait donc demandé une peine qui “permette d’encadrer madame”.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!