Envie de faire construire votre maison ? Les régions où les terrains sont les moins chers

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Pénurie oblige, le prix des terrains ont tendance à flamber année après année. Mais dans quelles mesures ? Et quels sont les prix pratiqués dans votre région ? Notre carte interactive et tableau compilent pour vous de précieuses données.

86,9 euros le mètre carré ! Voilà ce que coûte en moyenne un terrain à bâtir en France. D’après des chiffres du ministère de la Transition écologique* datés de 2018, à surfaces égales, les acheteurs de maisons neuves ont payé leurs terrains 57% de plus en dix ans. Au petit jeu de la région où la terre est la moins chère, on retrouve… le Limousin. Le terrain constructible s’établissait en moyenne à 21,2 euros le mètre carré en 2018. Arrivent ensuite trois autres (ex) régions très rurales : l’Auvergne (37,2 euros en moyenne en 2018), la Bourgogne (41,7 euros), et la Franche-Comté (53,2 euros).
Sans surprise, la région la plus chère reste l’Ile-de-France. Le prix du mètre carré constructible y ressortant en moyenne à 227,9 euros en 2018. Très loin derrière, on trouve la Provence-Alpes-Côte-d’Azur (149,9 euros le mètre carré en moyenne), les DOM (143,0 euros) et le Languedoc (137,1 euros).

>> Notre service – Trouvez le crédit immobilier le moins cher grâce à notre comparateur
>> Notre service – Estimez le prix d’un bien immobilier (immédiat, gratuit et sans engagement)
Des régions où les terrains flambent très vite
Les régions où le coût du foncier a le plus flambé en dix ans ne sont pas celles que vous imaginez ! La Corse (+105,3%), la Basse-Normandie (+105,2%) et le Poitou-Charentes (+84,7%) se retrouvent dans le trio de tête des régions où les prix des terrains constructibles a explosé. A contrario, la hausse a été beaucoup plus contenue en Picardie (+14,9%), Languedoc (15,3%), en Alsace (+20,1%) et… en Ile-de-France (+20,6%).

Face à la flambée des prix, les acheteurs n’ont que deux solutions. Soit ils achètent des terrains plus petits… soit ils les payent plus cher. Et visiblement, ils privilégient souvent la première option. En 2018, les propriétaires ont en effet acheté des terrains 24% plus petits que dix ans auparavant ! En Corse, où l’inflation a été particulièrement spectaculaire, les propriétaires ont même sacrifié 45% de surface en moyenne. Même constat en Basse-Normandie, où le foncier a été amputé de 40% de sa superficie. En Poitou-Charentes, la perte s’est élevé à 32% du terrain en dix ans… Vous l’aurez compris : plus les prix montent, plus les acheteurs sacrifient des parcelles conséquentes de leur jardin.
>> Notre service – Faites des économies en testant notre comparateur d’Assurances Habitation
Deux fois plus de terrain en campagne qu’en région parisienne
Evidemment, plus le terrain coûte cher, plus le prix des maisons neuves augmente. Les citadins le savent bien. En 2018, dans les territoires de plus de 200.000 habitants, le foncier représentait 41% du prix total de leur maison neuve et même 46% en agglomération parisienne. Alors qu’en milieu rural, la surface foncière – pourtant près de deux fois plus grande en moyenne – ne représente que 28% de la facture. “Près de huit terrains sur dix sont achetés, les autres étant obtenus par succession ou par donation”, nous rappelle la SDES. D’où l’intérêt de connaître la valeur du terrain sur lequel le propriétaire construit son pavillon.

*Service des données et des études statistiques (SDES)

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!