Locataire d’un HLM à Montmartre et en même temps propriétaire… le gênant candidat de la liste Buzyn

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Mohamed Midani M Barki a été tenu de s’expliquer à quelques jours du premier tour des élections municipales.

L’information fait tache. Mohamed Midani M Barki, en 17e position sur la liste de Pierre-Yves Bournazel, soutenu par La République en marche (LaREM) dans le 18e arrondissement, est à la fois propriétaire, et bénéficiaire d’un logement HLM. Une bien fâcheuse situation, repérée par Le Parisien, alors qu’Agnès Buzyn, la tête de liste LaREM a annoncé vouloir “mieux contrôler le logement social”. Ainsi le colistier du 18e arrondissement occupe un logement social à Montmartre, qui dépend de la Régie immobilière de la ville de Paris. Mais il est également propriétaire d’un appartement place du Tertre, dans le même arrondissement.
Mohamed Midani M Barki est l’une des figures de Montmartre. Il est à la fois peintre, rédacteur de Paris Montmartre et porte-parole du carré des artistes, précise le quotidien parisien. Il a obtenu ce logement social il y a 20 ans, sous la mandature de Jean Tiberi, maire de Paris de 1995 à 2001. Cet appartement de 73m² dispose d’une terrasse et lui est loué au tarif de 652€ mensuel, auxquels s’ajoutent 188 euros de charges.
>> Lire aussi – Quels sont les nouveaux plafonds de ressources pour avoir droit à un HLM ?
Pas de secrets sur sa situation
L’appartement en question est un PLI, soit un logement financé à l’aide d’un prêt locatif intermédiaire. Lors de l’attribution, le futur locataire doit justifier ses revenus. Cette obligation ne se renouvelle pas chaque année comme avec les HLM plus classiques, explique Le Parisien. Ainsi, la Régie immobilière de la ville de Paris avait connaissance de son statut de propriétaire. C’est en tout cas ce que soutient le colistier.
>> Lire aussi – Salaires, congés… le joli train de vie des offices HLM parisiens
Mohamed Midani M Barki dit n’avoir “rien à se reprocher”, ni “rien à cacher”. “J’ai attendu 14 ans pour obtenir ce logement”, se justifie-t-il auprès du quotidien parisien. Pour la tête de liste de l’arrondissement, Pierre-Yves Bournazel il s’agit d’une « manœuvre » à quelques jours du premier tour des élections municipales. Il prévient toutefois : “si je suis élu, Mohamed Midani M Barki devra se mettre en conformité et choisir”. Le député défend effectivement un “meilleur suivi des familles” logées en HLM.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!