Comment le gouvernement a-t-il récupéré le numéro de tous les Français pour leur envoyer un texto ?

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Mardi 17 mars, peu avant l’entrée en vigueur des mesures de confinement, la population a reçu un rappel des consignes du gouvernement.

La réception du texto du gouvernement en a surpris plus d’un. Mardi 17 mars, avant midi et la mise en place des mesures de restrictions pour endiguer l’épidémie de Covid-19, tous les Français ont reçu sur leur mobile un message du gouvernement. Comment une telle opération est-elle possible ? D’après Checknews, le service de fact-checking de Libération, le gouvernement n’a pas eu à récolter les numéros des Français, mais s’est appuyé sur les opérateurs.
Il s’agissait pour l’exécutif de rappeler les consignes à suivre à l’ensemble de la population. « Alerte Covid-19. Le président de la République a annoncé des règles strictes que vous devez impérativement respecter pour lutter contre la propagation du virus et sauver des vies. Les sorties sont autorisées avec attestation et uniquement pour votre travail, si vous ne pouvez pas télétravailler, votre santé ou vos courses essentielles. Toutes les informations sur www.gouvernement.fr », indiquait le fameux texto.
>> A lire aussi – La réforme des APL reportée en raison du coronavirus, quel impact pour vos allocations ?
Le gouvernement a demandé aux opérateurs de faire circuler l’information. « La consigne est donnée d’envoyer le SMS à tout le parc de cartes SIM. La preuve ? On a eu des retours de personnes qui ont reçu le texto sur la carte SIM dans leur voiture par exemple. Le SMS a donc vraisemblablement vocation à être envoyé à tous les numéros, ce qui représente environ 80 millions de textos », précise à Checknews Me Alexandre Archambault, avocat spécialisé dans les télécoms et le numérique.
Un texto qui jette le doute
L’envoi du SMS a suscité des émois, notamment au sujet de la légalité d’un tel envoi. Un numéro de téléphone est effectivement considéré comme une donnée personnelle. Son traitement doit donc être logiquement soumis à consentement. Or certaines situations sont dérogatoires. « On peut passer outre le consentement des personnes, même celles qui auraient explicitement refusé les textos de marketing direct, puisqu’il y a un motif légitime : la sauvegarde des intérêts vitaux des destinataires et d’autres personnes physiques », confirme l’avocat spécialiste au service de Libération.
>> A lire aussi – Comment éditer l’attestation coronavirus sur iPhone et Android
Certaines personnes ont également douté de l’authenticité du texto. « C’est vrai qu’en temps normal, on dit toujours aux gens de ne pas faire confiance à un texto d’une source inconnue, et de ne jamais cliquer sur un lien qu’ils reçoivent… Mais dans ce cas précis, ils peuvent », explique à Checknews Me Alexandre Archambault.
D’autres ont fait remonter sur les réseaux sociaux le fait qu’elles n’avaient pas reçu le texto. D’après les informations recueillies par Checknews cela tient à la méthode utilisée. Pour ce SMS, le gouvernement a eu recours au même procédé que les enseignes lorsqu’elles font des offres promotionnelles. « Chaque opérateur a son fonctionnement propre, par vague ou au fur et à mesure », explique Me Alexandre Archambault. Ce qui peut expliquer que certaines personnes soient passées entre les mailles du filet.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!