Contrôle technique : vers un report des dates butoir ?

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

En raison de la crise sanitaire traversée par le pays, les professionnels du secteur demandent à suspendre leur activité.

Dans une lettre adressée ce vendredi 20 mars au ministre de la Santé, les contrôleurs techniques ont demandé à pouvoir suspendre leur activité pendant 40 jours, rapporte BFMTV. “SVP aidez-nous à limiter le trafic dans nos centres en officialisant, via notre ministère de tutelle, le ministère de la Transition écologique et solidaire, la suspension des agréments centre et contrôleur pendant la période de confinement et en officialisant le report des dates de contrôle technique et de contre-visite de 40 jours”, écrit Karine Bonnet, directrice générale de Dekra Automotive.
>> A lire aussi – Les automobilistes français zappent de plus en plus le contrôle technique
Un courrier signé également par Autosur, AutoSecurité, ou encore Sécuritest. Certains de ces réseaux qui emploient près de 10.000 personnes ont déjà demandé à leurs centres affiliés de fermer leurs portes, les conditions sanitaires ne permettant pas, selon eux, de poursuivre leur activité. “Nous n’avons actuellement clairement pas les moyens de protéger les salariés de nos centres de contrôle technique ni les automobilistes pour lutter contre la propagation du virus : pas de gant, pas de gel et nous devons contrôler des véhicules remplis de germes !”, peut-on lire dans le courrier adressé à Olivier Véran.
De la souplesse
“Il faut protéger nos salariés, nos clients. Depuis plus de 25 ans et la création du contrôle technique, notre job est de nous occuper de la sécurité des gens, c’est ce que nous faisons”, insiste auprès de BFMTV Laurent Palmier, PDG de Sécuritest, qui demande à ses clients de ne pas se rendre dans les centres de contrôle technique.
>> A lire aussi – Les voitures qui réussissent le mieux le contrôle technique
Pour rappel, circuler à bord d’une voiture dont le contrôle technique est dépassé est passible d’une amende de 135 euros et d’une immobilisation immédiate du véhicule. Interrogé à ce sujet sur BFMTV, le secrétaire d’Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a assuré que les autorités feraient preuve de souplesse ces prochains mois.

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!