Automobile, aéronautique… l’Etat a dressé une liste d’entreprises à aider ou nationaliser

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Le gouvernement a rédigé une liste "importante" d'entreprises nécessitant un soutien fort de l'Etat, a annoncé Bruno Le Maire. Ces aides pourraient prendre la forme d'une nationalisation, au cas par cas.

Face à l’impact massif des mesures de confinement sur l’économie française – et en particulier des secteurs fragilisés, comme l’automobile et le tourisme -, le gouvernement a établi une “liste” d’entreprises industrielles qui auront certainement besoin d’un soutien financier majeur de l’Etat, par exemple via une nationalisation, a indiqué mardi 24 mars Bruno Le Maire. “La liste des entreprises industrielles qui doivent être soutenues par l’Etat est prête (…) à la demande du président de la République”, a affirmé le ministre de l’Economie sur Franceinfo.
Il a refusé de donner le nom des groupes concernés “parce que ça fragiliserait ces entreprises”, ajoutant toutefois que cette liste était “importante”. “Chacun voit bien qu’il y a des secteurs, je pense à l’aéronautique, à l’automobile, qui ont besoin de soutien aujourd’hui”, a-t-il toutefois indiqué. La compagnie aérienne Air France-KLM, quasiment à l’arrêt, et dont l’Etat est déjà actionnaire, est ainsi en grande difficulté financière et Bruno Le Maire s’est entretenu à plusieurs reprises avec son directeur général Ben Smith.
>> A lire aussi – Le Medef exhorte l’Etat à nationaliser les entreprises en difficulté
Les groupes automobiles Renault, dont l’Etat est également présent au capital, et PSA sont également dans des situations délicates. Le président de Renault, Jean-Dominique Sénard, a écarté l’idée d’une nationalisation à ce stade mais a affirmé samedi que le groupe pourrait “solliciter des garanties auprès de l’Etat”, comme le président Emmanuel Macron en a annoncé le principe.
>> Notre service – Faites des économies en testant notre comparateur d’Assurances Auto
Ce soutien pourra passer par des prises de participation en capital, des recapitalisations, voire des nationalisations. “La nationalisation est évidemment le dernier recours mais c’est un dernier recours que nous n’excluons pas”, a répété Bruno Le Maire.
>> A lire aussi – Renault arrête toutes ses usines en France
>> Rejoignez le Club Capital des Boursicoteurs sur Facebook (cliquez sur l’image)
Getty Images

Francine Pernod

Francine Pernod

Laissez vos commentaires!